PAPILLON C. [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Ingénieur, pédagogue libertaire.

Le dimanche 12 février 1899, Salle des Sociétés savantes, 28 rue Serpente, s’ouvrait avec le concours de Jean Grave* et de Pierre Quillard* le premier "cours libertaire d’éducation supérieure" organisé par le groupe L’Education Libertaire dont C. Papillon, qui demeurait 5 passage du Surmelin (20e arr.), était le secrétaire. Il fut ensuite le responsable, aux cotés de René Barué et de Rezeda, de la revue L’Education Libertaire (Paris, au moins 10 numéros du 15 juin 1900 à mars 1902 en plusieurs séries imprimées puis à l’autocopiste. Le groupe publia également au moins deux brochures : Contre la nature de Paul Robin* (1901) et L’éducation pacifique d’A. Girard* (1902).

Cette revue des Bibliothèques d’éducation libertaire fut suivie par L’Education Intégrale (Paris, au moins 13 numéros du 15 octobre 1903 au 15 décembre 1904) dont la rédaction était assurée par C. Papillon puis par H. Carene, revue à laquelle collabora entre autres Paul Robin et qui fut à partir de mars 1904 l’organe de la Ligue pour la défense de l’enfant. La revue s’arrêta sans doute à la suite de désaccords entre les rédacteurs. Toutefois une nouvelle série, sous la responsabilité de L. M. Schumacher, fut publiée en novembre 1906, mais n’eut qu’un seul numéro. C. Papillon fit à cette époque de nombreuses conférences et collabora également à divers titres de la presse libertaire dont L’Ennemi du peuple (Paris, 1903-1904) de E. Janvion*, Le Flambeau (Vienne, 1901-1902) de G. Butaud* et Régénération (Paris, 1896-1908) de Paul Robin.

De 1905 à 1908, il se fit surtout le propagateur de l’espéranto par des cours et des conférences ; il était secrétaire du Grupo Liberecana Esperantista, 12 rue de l’Ancienne-Comédie à Paris. En 1909 toutefois, il opta pour la nouvelle langue internationale, l’ido, une simplification de l’espéranto qui venait de se créer. Le groupe espérantiste fut dissout et remplacé par le Grupo libertarya idista, qui se mit à donner des cours depuis novembre 1909 à Paris et publia le journal Libereso depuis 1922, ainsi que des traductions de textes d’Armand*.

Entre les deux guerres, C. Papillon collabora à La Feuille (Saint Genis Laval, 1917-1939) de Jules Vignes* et écrivit plusieurs articles en faveur de la langue internationale Ido dans L’Ordre naturel (Paris, 1920-1922) de Marcel Sauvage*. Il demeurait alors à Paris 52 rue Petit (19ème arr.). Dans les années 1930 il était le responsable des cours de langue Ido à la Bourse du travail de Paris.

Au début des années 1950, C. Papillon collaborait à la feuille Le Vieux Travailleur (Saint-Genis-laval, 1951-1957) de Jules Vignes où il était vraisemblablement le responsable des deux dernières pages rédigées en Ido sous le titre La Olda Laboristo.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156805, notice PAPILLON C. [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 23 février 2014, dernière modification le 11 mars 2014.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Temps Nouveaux, années 1902 à 1909 — Le Libertaire, année 1934 — R. Bianco, "Un siècle de presse anarchiste...", op. cit. — Encyclopédie anarchiste, article Ido (non signé) — notes de Dominique Petit et de Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément