LESBROS Venance, Albéric, Franlin [Dictionnaire des anarchistes]

Par Thierry Bertrand

Né le 29 juin 1875 à Ongles (Basse-Alpes), mort le 17 novembre 1901 aux îles du Salut (Guyane) ; employé de commerce ; anarchiste de Marseille.

Fils d’Irénée, Félicien et de Clotilde, Josephine Daumel, il mesurait 1m64 et portait une cicatrice sur le milieu du front.

C’est très jeune que Lesbros commença à militer. En effet, dès 1892 il faisait partie du groupe dit "des Jeunes" avec Maurice Manuel dit Perrier*, Julius Boisson*, Ernest Lavisse* et Marius Raphaël*. Ce groupe fut à l’origine de la réapparition du journal l’Agitateur en 1893.

Lesbros fut arrêté en novembre 1893 après l’attentat contre le local de la rue d’Armény. Le 1er janvier 1894, son domicile du 37 rue Martinique fut l’objet d’une perquisition par la police qui y saisissait livres, brochures et journaux dont des numéros de Le Réveil du Peuple, de la Revue Anarchiste (Paris), Harmonie (Marseille) et du numéro spécial (n°97, 15 avril 1893) de la revue littéraire La Plume consacré à l’anarchisme.

Il quitta Marseille en février 1894 et se rendit à Londres. Quelques mois après, on signalait son retour à Marseille où en 1895 il résidait 16 rue Fort du Sanctuaire, chez ses parents, et participait activement à l’organisation des conférences de Sébastien Faure*.

Le 8 août 1896 il fut condamné par le Tribunal Correctionnel de Marseille à 8 jours de prison pour port d’arme prohibée.

Insoumis au service militaire le 1er janvier 1897, il fut arrêté à Dôle dans le Jura, le 23 février 1897. C’est à la maison d’arrêt de Toulon qu’il fut écroué le 3 mars 1897. Ce même jour il fut condamné par le Tribunal Correctionnel de Toulon à 4 mois de prison pour rebellion et menaces de mort aux agents. Il était, en effet, parvenu à s’enfuir après « s’être livré à des voies de fait » sur les agents lors de son arrestation à Toulon en novembre 1896. Transféré à la maison d’arrêt de Marseille le 9 avril 1897 il s’évada du Palais de Justice le 22 avril 1897. Un mois plus tard, le 14 mai, il fut arrêté à la Roche-sur-Yon, en Vendée, sous l’inculpation de vol et port d’arme prohibée. La cour d’assises de la Vendée le condamna le 29 juillet à 10 ans de travaux forcés et 10 ans d’interdiction de séjour pour vol qualifié. Il fut alors mis à la disposition du ministre des colonies le 10 août 1897.

Le conseil de guerre permanent de la 11ème région de corps d’armée le condamna à son tour le 17 août à 6 mois d’emprisonnement pour insoumission à la loi sur le recrutement en temps de paix. Peine confondue avec celle prononcée par la cour d’assises de la Vendée.

Il mourut au bagne des Iles du Salut le 17 novembre 1901.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156762, notice LESBROS Venance, Albéric, Franlin [Dictionnaire des anarchistes] par Thierry Bertrand, version mise en ligne le 24 février 2014, dernière modification le 10 mars 2014.

Par Thierry Bertrand

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M6/3391 & 3395, 14U95 quinto, 1R1152. — Arch. Dép. Aube, M 1047. — Absent ANOM en ligne — R. Bianco, Un siècle de presse..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément