GIRAUD Victor [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Cheminot puis ouvrier du Bâtiment ; anarcho-syndicaliste.

Cheminot puis ouvrier du bâtiment à Limoges (Haute-Vienne), Victor Giraud fut élu au conseil d’administration de l’union départementale CGT-SR en 1928, et fut réélu en 1932 et en 1934.

Il avait participé au IIe congrès de la CGT-SR à Lyon en novembre 1928 et avait été élu à la commission administrative avec Pierre Besnard*, Brosson et V. Andrieux. Délégué du SUB de Paris au IVe congrès confédéral du 11 au 13 novembre 1932, il fut réélu à la CA comme responsable de la trésorerie au côté d’Andrée Péche. Fin 1933 il était toujours trésorier confédéral.

Durant les premiers mois de la guerre civile en Espagne, l’aide matérielle aux colonnes de la CNT-FAI fut assurée par le Comité anarcho-syndicaliste pour la défense et la libération du prolétariat espagnol (CASDLPE), qui regroupait l’UA, la FAF et la CGT-SR, disposant chacune de 5 délégués. Cependant, après le départ de l’UA et la constitution du Comité Espagne libre (voir Lecoin), la CGT-SR anima quasiment seule le CASDLPE.

En novembre 1936, Victor Giraud participa à la conférence du CASDLPE à laquelle assistaient des délégués de Perpignan, Bordeaux, Lyon, Limoges, Bayonne, Reims, Nanterre, Saint-Denis et Paris. Le bureau élu à cette occasion était composé de Pierre Besnard, secrétaire ; Julien Toublet*, secrétaire adjoint ; Victor Giraud, trésorier. Il fut remplacé à ce poste par Albert Ganin* courant 1937.

Au sein du CASDLPE, Giraud s’occupa du passage de volontaires en Espagne. Zita, la compagne du militant suisse Edi Gmür, qui s’était adressé à Giraud pour aller en Espagne, le rencontra et le décrivit ainsi dans un courrier de novembre 1936 : « Une casquette sur la tête, un foulard autour du cou, mince et de taille moyenne... Giraud peut avoir entre 29 et 32 ans... et a fort à faire avec l’Espagne. Il y était il y a très peu de temps. Aussi, il aurait déjà fait passer plusieurs hommes en Espagne... Tu n’as pas de souci à te faire, il t’écrira dès qu’il aura le temps et l’occasion... »

En 1937 il était membre du comité de contrôle du bureau du Syndicat unique du Bâtiment (SUB) de la Seine.

En 1950 il habitait 74, rue Pixerécourt, Paris 20e, et figurait sur la liste des domiciles anarchistes surveillés par la police.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156723, notice GIRAUD Victor [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 9 mars 2014.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Arch. Ppo BA/1900 — Samuel Jospin, « La CGT-SR à travers son journal Le Combat syndicaliste 1926-1927 », mémoire de maîtrise, Paris-I, 1974 — Dossier Gmür (Archives fédérales Berne).

Version imprimable Signaler un complément