DEBERGE [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean-Luc Pinol, notice complétée par Rolf Dupuy

Syndicaliste cheminot à Paris.

Membre du conseil du syndicat unitaire des cheminots de Paris-État, rive droite, Deberge appartenait, en 1923 à la minorité de la CGTU. Il critiquait les fonctionnaires syndicaux. Avant le congrès confédéral de Bourges, il se déclara favorable à la motion des CSR et hostile au Parti communiste et aux commissions syndicales. « Il ne faut pas que le syndicalisme soit aux mains de quelques pantins qui ne recherchent dans la politique que leur intérêt personnel. » Les majoritaires, représentés par le secrétaire du syndicat, Jacquet, l’emportèrent cependant : la majorité recueillit 50 voix, la minorité, 10.

Est-ce lui qui était intervenu comme représentant du Comité intersyndical du XVIIe arr. de Paris au congrès de l’Union des syndicats de la Seine le 9 avril 1922 ?

Deberge quitta la CGTU. Trésorier adjoint du bureau exécutif de l’UFSA (autonomes ?) jusqu’au 27 juin 1926, il fut remplacé à ce poste par Saroléa* (La Voix du Travail, août 1926). Il siégea à la commission administrative de la CGT-SR de 1928 à 1934 et à la commission de contrôle en 1936. Lors du 4e congrès de la CGTSR (11-13 novembre 1932) il était le délégué des cheminots de Paris et avait été élu à la nouvelle commission administrative. Le 28 mai 1938 il présidait le congrès de la 4e Union régionale (Paris) de la CGT-SR et était nommé membre de la commission juridique de l’UR avec Geuffroy* et Hue.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156692, notice DEBERGE [Dictionnaire des anarchistes] par Jean-Luc Pinol, notice complétée par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 26 février 2014, dernière modification le 4 octobre 2017.

Par Jean-Luc Pinol, notice complétée par Rolf Dupuy

SOURCES : Arch. Nat. F7/13676 rapport, du 26 juillet, 10 novembre et 22 décembre 1923. — La Voix du Travail, août 1926. — Bulletin de l’AIT, avril 1936. — Samuel Jospin, "La CGT-SR à travers son journal Le Combat syndicaliste, 1926-1937", Mémoire de Maîtrise, Paris I, 1974 = DBMOF — Combat Syndicaliste, années 1932 & 1938.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément