VEZZANI Felice (dit Félix, Lux) [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né le 26 mai 1855 à Novellara (Reggio Emilia), mort à Paris le 11 février 1930. Peintre décorateur.

Felice Vezzani avait adhéré très jeune aux idées socialistes puis se rapprocha des idées anarchistes. De 1893 à 1897, il vécut au Brésil et en Argentine où il militait parmi les anarchistes italiens, puis retourna en Italie.

Après les affrontements de mai 1898 à Milan, il gagna clandestinement Lugano (Suisse) avant d’être condamné à deux ans, 10 mois et cinq jours de prison pour « incitation à la désobéissance et à la haine de classes par voie de presse ». A l’été 1898 il collaborait à l’organe communiste anarchiste L’Agitatore (Neuchâtel, 12 numéros du 2 juillet au 17 septembre 1898) mais, entré en désaccord avec les rédacteurs, cessait cette collaboration en août.

Il partit l’année suivante pour Paris où il avait trouvé du travail sur le chantier de l’Exposition internationale de 1900 et où il retrouva plusieurs compagnons de la rédaction de L’Agitazione d’Ancone, dont Samaja. Il collabora depuis Paris et souvent sous le pseudonyme de Felix à divers organes anarchistes italiens. Il était également membre du Groupe de solidarité international et de soutien aux détenus qui était alors animé par Charles-Albert, Jean Grave, Paul Delesalle, etc.

Dès la fondation en juillet 1900 à Genève du Réveil / Il Risveglio par L. Bertoni, Vezzani en devint l’un des corresponsants avec Samaja et Lacchini.

En 1902, à l’occasion de la visite du Tsar à Paris, il fut l’objet d’un arrêté d’expulsion finalement suspendu à la suite de l’intervention de diverses personnalités du monde politique français, dont J. Allemane. Devenu l’un des pricipaux animateurs de l’anarchisme italien à Paris, il était proche du groupe des Temps nouveaux qu’il incita en 1903 à publier des milliers de cartes postales portant le portrait de Gaetano Bresci, qui avait tué le roi d’Italie Umberto I° en juillet 1900.

Il collabora ensuite avec Charles Malato, Carlo Frigerio et Amilcare Cipriani au numéro unique de Verso l’emancipazione (Paris 1er mai 1906) publié par Malatesta. En 1913 il participait à la campagne organisée par le Comité de défense sociale en faveur de Masetti et nottament au numéro unique de Liberiamo Masetti (Paris, novembre 1913) dont le gérant était Emile Aubin.

Au moment de la déclaration de la guerre, il gagna Londres avant de regagner Paris en avril 1916.

Après la mort de sa compagne en août 1917, il rentra en Italie. Revenu définitivement à Paris en 1922, il reprit sa place de contact pour tous les exilés italiens et continua de collaborer à la presse anarchiste de langue italienne en Italie, France, Etats-Unis et Suisse.

En octobre 1927 il fut le cofondateur avec L. Fabbri, Camillo Berneri, Ugo Fedeli et Torquato Gobbi de La Lotta umana (Paris, 1er octobre 1927- 18 avril 1929) dont il fut l’un des rédacteurs et dont Séverin Ferandel3 était le gérant.

Felice Vezzani est décédé à Paris le 11 février 1930 à son domicile de la rue des Cloys. Il avait réalisé de nombreux portraits de militants anarchistes.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156627, notice VEZZANI Felice (dit Félix, Lux) [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 24 février 2014, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Rolf Dupuy

ŒUVRE : Alle madri d’Italia, 1899 — Fascismo : bozzetto sociale in due atti, Paris, 1932.

SOURCES : Dizionario biografico degli anarchici…, op. cit. (Notice de M. Antonioli) — L. Bettini, Bibliografia…, op. cit.Almanaco libertario per 1939, Genève, Frigerio, 1938.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément