Né le 28 février 1887 à Saint-Junien (Haute-Vienne), mort vers 1935-1936 ; ouvrier gantier ; anarcho-syndicaliste.

Issu du groupe libertaire Germinal (voir Jean Bourgoin), Louis Gaillard devint, à la fin de la Grande Guerre, secrétaire du syndicat des Cuirs et Peaux puis, en 1919, de l’union locale CGT de Saint-Junien, il devint également trésorier de la coopérative de consommation L’Union syndicale ouvrière.
En octobre 1920, il fut délégué (minoritaire) par le Bâtiment, les Cuirs et Peaux, les Employés et le Textile de Saint-Junien au congrès confédéral d’Orléans. Il fut de nouveau délégué (minoritaire) au congrès confédéral de Lille, en juillet 1921, par les syndicats de l’Alimentation, du Bâtiment, des Papetiers, des Produits chimiques, des Cuirs et Peaux, des Employés et du Textile.
Après la scission confédérale de décembre 1921, il fit partie de ceux qui lancèrent la CGTU en Haute-Vienne. Délégué par le Textile, les Cuirs et Peaux et les Employés de Saint-Junien au Ier congrès confédéral de la CGTU à Saint-Étienne du 25 juin au 2 juillet 1922, il vota pour les motions Besnard*.
En novembre 1922, après l’adhésion « avec réserves » de la CGTU à l’ISR, Gaillard fut délégué par la fédération des Cuirs et Peaux et par l’UD de la Haute-Vienne au IIe congrès de l’ISR, à Moscou.
À son retour, il se montra très critique au cours d’une conférence privée le 27 décembre 1922 mais, en réunion publique se montra plus nuancé.
Cependant, un conflit ne tarda pas à éclater entre la municipalité communiste de Saint-Junien, et le secrétaire anarcho-syndicaliste de l’union locale CGTU. En 1923, Louis Gaillard fut débarqué de ses postes de trésorier de la coopérative, et de secrétaire de l’UL. Le motif officiel en fut sombre histoire de détournement de fonds.
Du 26 au 31 août 1925, il fut délégué au congrès confédéral de la CGTU par le Bâtiment et le Papier-Carton de Saint-Junien et, curieusement, vota pour la rééligibilité des fonctionnaires syndicaux.
Dans les années 1930, Gaillard collabora à La Voix libertaire, organe de l’Association des fédéralistes anarchistes, sous le pseudonyme de Divrait.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13023, rapport sans date (voyage en Russie) — compte rendu des congrès CGT et CGTU de 1920, 1921, 1922 et 1925 — Christian Dupuy, Saint-Junien, un bastion anarchiste en Haute-Vienne (1893-1923), PULIM, 2003.

Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

Version imprimable de cet article Version imprimable