DUCHATEAU Henri [Dictionnaire des anarchistes]

Par R. Balland, notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 10 mai 1886 à Céaulmont (Indre) ; mort le 16 novembre 1969 à Châteauroux (Indre) ; maçon ; anarchiste et antimilitariste, puis communiste.

Fixé de bonne heure à Paris, Henri Duchateau fit partie de la Jeunesse révolutionnaire de Paris 14e. En septembre 1907, alors qu’il effectuait son service militaire, il cosigna l’affiche-prospectus « La crosse en l’air » (voir Henriette Roussel). Pour cela, il comparut – en uniforme – devant les assises de la Seine, avec 17 autres inculpés, les 30 et 31 décembre 1907. Le 30 janvier 1908, il fut condamné à un an de prison et à 100 francs d’amende pour provocation de militaires à la désobéissance.

En avril 1912, Henri Duchateau était secrétaire de la Jeunesse syndicaliste du bâtiment. En 1913, il était aux Amis de La Bataille syndicaliste. Délégué au congrès de l’Union des syndicats de la Seine le 24 août 1913, il défendit l’autonomie des comités intersyndicaux contre la normalisation voulue par le secrétariat de l’Union.

Réformé en 1914, il fut mobilisé dans le service auxiliaire le 3 mai 1915 et affecté au 129e régiment d’infanterie. Le 25 septembre suivant, il fut affecté aux Tréfileries et Laminoirs du Havre, en qualité de maçon. Dès cette époque, il prit la parole dans toutes les réunions syndicales du bâtiment du Havre, en étant réputé être l’un des secrétaires de la fédération du bâtiment. En 1919, il était secrétaire-adjoint de l’Union des syndicats du Havre. Il habitait 1 rue du commerce au Havre, même si la police lui connaissait un domicile parisien, 26 rue Vercingétorix.

En 1923, il vivait 18 bis, avenue des Tilleuls, à Draveil (Seine-et-Oise) et était inscrit sur la liste des anarchistes du département.

En juillet 1931, un rapport de gendarmerie le présentait comme un communiste assagi. Alors entrepreneur de maçonnerie, de situation aisée, il continuait à fréquenter les réunions publiques, mais sans y prendre la parole. La réserve semble avoir été une de ses qualités maîtresses : c’est ainsi qu’il s’abstenait, avec les ouvriers, « de toute discussion au sujet de son parti ».

En 1936, il habitait au 52, rue de Villeneuve-Saint-Georges.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156533, notice DUCHATEAU Henri [Dictionnaire des anarchistes] par R. Balland, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 6 janvier 2019.

Par R. Balland, notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. Nat. F7/13053 — Arch. PPo Ba/1 697 — Arch. Dép. Seine-et-Oise, M. non cl., 4 M 30 et 31 — Arch. Dép. de Seine-Maritime, cote 2Z76. — Etat civil. — L’Humanité du 31 décembre 1907.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément