ALONSO Alphonse [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli

Né à Oran (Algérie) le 21 janvier 1916 ; militant anarchiste à Oran (Algérie) et Marseille.

Alphonse Alonso était membre en 1936 du Centre de Divulgation sociale d’Oran dont le siège se trouvait rue du Fondouck et de la Solidarité internationale antifasciste (SIA).

En 1940 les autorités de Vichy confisquèrent la bibliothèque et le matériel du centre et internèrent les membres du bureau – dont Grau, Thomas Barber, Joseph Vallet, Blessi et Stéphane Helena – au camp de Djenien Bourezg. Alphonse Alonso aida à cette époque de nombreux anciens combattants de la guerre d’Espagne – dont les futurs députés socialistes italiens Leo Valiani et Alberto Cianca, et les Espagnols Pastor, Bandera et Alonso qui, après s’être évadés en juin 1940 du camp de Djelfa (sud Oranais), avaient trouvé refuge chez Alonso en attendant de rejoindre l’Angleterre et qui participèrent ensuite au débarquement de Normandie – à se cacher ou à s’évader. Il aida également une dizaine d’antifascistes, tous membres de Giustizia e libertà à l’exception des compagnons anarchistes Pio Turroni* et Giuseppe Petacchi, à passer la fontière entre l’Algérie et le Maroc. Arrêté, il fut interné au camp de Djenien du 25 août 1942 au 28 mai 1943.

Rapatrié en France, sans doute à la fin de la guerre d’Algérie, Alphonse Alonso demeurait en 1980 , 8 rue de l’Hôtel Dieu (IIe arr.) à Marseille où il était membre de la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance (FNDIR) des Bouches-du-Rhône. À partir de cette date il entreprit des démarches pour obtenir une carte de volontaire dans la Résistance et demanda notamment à Pio Turroni et à Leo Valiani de témoigner. Ce n’est qu’en 1987 que les démarches aboutirent et qu’il obtint une de carte de Combattant volontaire de la Résistance auprès du secrétariat d’État chargé des anciens combattants. En effet, le texte de loi ne prévoyait pas la possibilité d’obtenir le titre de Résistant à ceux qui n’avaient pas eu une action dans la Résistance intérieure française. Les activités d’Alonso s’étant déroulées en Afrique du Nord, elles furent retenues dans un premier temps comme politiques et non comme actes de Résistance.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156495, notice ALONSO Alphonse [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 19 mars 2014.

Par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli

SOURCES : Lettre d’A. Alonso, 19 février 1987 (CIRA, Marseille). — Notes de Françoise Fontanelli.

Version imprimable Signaler un complément