VAILLAUD Louis [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Sagnes, notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 30 mars 1884 à Narbonne (Aude), décédé vers 1960 à Montpellier (Hérault) ; ouvrier tonnelier ; anarchiste et syndicaliste.

Fils d’un tonnelier, Louis Vaillaud (souvent orthographié par erreur Vaillaux, voire Vaillot), tonnelier, fut élu le 24 février 1911 à la commission administrative de la bourse du travail de Montpellier (Hérault).

Syndicaliste révolutionnaire et anarchiste militant, il était inscrit, en 1912, sur la liste des antimilitaristes de l’Hérault.

Le 13 juillet 1913, il fut un des orateurs de la Fédération communiste anarchiste au grand rassemblement contre la guerre du Pré-Saint-Gervais, en banlieue parisienne.

Après avoir projeté de manifester contre la guerre début août 1914, il fut mobilisé au 81e régiment d’infanterie. Son attitude au front lui valut la croix de guerre avec deux citations.

Démobilisé début 1919, Louis Vaillaud devint secrétaire de l’UL-CGT de Montpellier en avril 1919, en même temps que secrétaire adjoint de l’UD-CGT de l’Hérault. Il joua un rôle important lors des grèves de 1919 et surtout lors de celles de 1920.

Après la scission confédérale de décembre 1921, il fut secrétaire provisoire – puis élu – de l’union départementale CGTU de l’Hérault, et se classa dans la tendance Besnard*. Au Ier congrès confédéral CGTU de Saint-Étienne, après la victoire de la tendance Monmousseau*, il déclara : « vous ne nous empêcherez pas de dire la vérité ; […] derrière le paravent […] de la motion Monmousseau, le Parti communiste s’est glissé et a fait voter une motion qui, demain, désagrégera l’organisation syndicale ».

En 1923, l’UD unitaire de l’Hérault rejoignit la majorité de la CGTU, et Vaillaud perdit son poste de secrétaire. Il quitta bientôt la CGTU, et reconstitua un syndicat de la Tonnellerie affilié à la CGT.

Candidat abstentionniste aux élections législatives de 1924, il fut l’un des principaux militants anarchistes de Montpellier et de l’Hérault dans les années 1923-1930. Représentant de l’Union anarchiste, il prit la parole dans divers meetings antifascistes ou de protestation contre la répression en France et en Espagne.

En 1930, il était à la tête d’un Comité régional du droit d’asile avec des syndicalistes CGT.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156489, notice VAILLAUD Louis [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Sagnes, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 26 janvier 2019.

Par Jean Sagnes, notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 15 M 70 et 71, 39 M 280 — Le Travailleur syndiqué, 1911 — La Bataille syndicaliste du 14 juillet 1913 — Le Poilu déchaîné, 1920 — Le Fouet, 1921-1922 — L’Humanité du 12 mars 1922 — Le Languedoc socialiste, 1926-1927.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément