PARIS Ferdinand, Auguste, François [Dictionnaire des anarchistes]

Par Laurent Gallet

Né à Paris le 27 juin 1840 ; charpentier et distributeur de journaux anarchistes ; anarchiste de Lyon.

Lorsque la commission exécutive du 1er mai se réunit à la bourse du travail le 15 avril 1891, Paris, en tant que délégué des charpentiers, fut chargé de la co-rédaction du manifeste appelant la manifestation.

Le 16 octobre, il fut chargé, avec Rascle*, de placarder 150 affiches annonçant la conférence de Sébastien Faure* prévue pour le 18 suivant. Paris fut particulièrement actif lors du passage de Faure à Lyon en décembre 1891 et janvier 1892 et qui permit une réorganisation des groupes anarchistes.

Début 1892, il fit partie du groupe antiparlementaire « les ennemis de toutes candidatures », le plus important groupe anarchiste d’alors, groupant les militants de la Guillotière et des Brotteaux. Perquisitionné le 30 mars 1892 en même temps que 38 autres anarchistes lyonnais, il fut impliqué dans une poursuite pour association de malfaiteurs en avril-mai 1892. En conséquence, il fut arrêté lors de la grande rafle du 22 avril qui conduisit à 29 arrestations en prévision du premier mai et du procès de Ravachol* tous deux approchants. Il fut néanmoins libéré le 6 mai suivant.

Le 28 avril de la même année, la police saisit en gare de Perrache trois colis contenant plusieurs kilos de propagande adressés à Paris. Puis, à l’occasion de l’affichage de placards anti-14 juillet, elle le suspecta d’avoir participé à l’opération.

Le 26 juin 1893, se tint une première réunion en vue de la fondation du journal L’Insurgé et de l’attitude à adopter lors des prochaines élections législatives. Paris y fut nommé membre d’une commission de dix pour la tenue de conférences dans la région et les anarchistes organisèrent une vaste campagne abstentionniste.

À la suite de la découverte à Lyon de deux anarchistes recherchés par la police, les époux Paris furent l’objet d’une disgrâce. On les accusait d’être à l’origine de la fuite.

Les 19 et 20 février 1894, Paris fut perquisitionné à son domicile 140 rue Pierre Corneille, sans résultat.

À la fin de l’année, il fut signalé à Auxerre et Dijon.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156456, notice PARIS Ferdinand, Auguste, François [Dictionnaire des anarchistes] par Laurent Gallet, version mise en ligne le 4 mars 2014, dernière modification le 6 mars 2014.

Par Laurent Gallet

SOURCES : Arc. Dép. Rhône 4M310, 4M311, 4M312, 4M318, 4M321, 10M371, 10M372.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément