VIOLARD Émile [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Journaliste ; anarchiste.

Émile Violard collabora au journal anarchiste La Révolution sociale (voir Serraux) en 1880, ce qui lui valut un mois de prison.
Du 14 au 20 juillet 1881, il fut délégué au congrès anarchiste de Londres (voir Gustave Brocher) par le groupe communiste-anarchiste révolutionnaire L’Alarme, de Narbonne, et par la Jeunesse indépendante de Paris. Il fit le voyage avec Louise Michel*, Emile Gautier* et Victorine Rouchy* ; en 1927, il se rappelait encore « non sans émotion cette période où nous étions tous pleins d’enthousiasme et d’illusions… » Au congrès, il ne s’opposa pas, contrairement à nombre de ses camarades, à la constitution d’un bureau de coordination et au versement de cotisations volontaires. De retour à Paris, il déclara toutefois couper avec le mouvement, en raison des conflits qui le déchiraient, et se consacrer à des travaux utiles, dans l’attente que les théories ronflantes deviennent réalité.

Emile Violard collabora par la suite à la revue La Question sociale (Paris, 8 numéros, 10 janvier au 10 août, 1885) qui avait été fondée par le blanquiste P. Argyriades. Il collabora également à l’organe socialiste révolutionnaire puis anarchiste L’Attaque (Paris, 66 numéros, 20 juin 1888-26 avril 1890) dont le rédacteur en chef était Ernest Gegout*, et au Cri du Peuple après la mort de Vallès. Il se fit expulser de la rédaction de ce dernier journal quand les guesdistes commencèrent à la dominer.

Il écrivit alors pour le journal socialiste révolutionnaire Le Tocsin (Alger, 12 numéros et un supplément, 25 mai au 9 août 1890) dont le gérant était Fernand Grégoire. Il publia par la suite de nombreux ouvrages sur l’Algérie et la Tunisie, admirant le système démocratique kabyle de la djemaa et les bandits révoltés de la région, mais rejoignant aussi les positions antisémites de cette époque.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156298, notice VIOLARD Émile [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 5 mars 2014, dernière modification le 5 mars 2014.

Par Marianne Enckell

SOURCES : Max Nettlau, Geschichte der Anarchie III, op. cit. — R. Bianco, Un siècle de presse anarchiste…, op. cit. — Le Matin, du 31 janvier 1887 et du 20 novembre 1890 — notes de Rolf Dupuy et Guillaume Davranche.

Version imprimable Signaler un complément