BARBARA [SERF Monique, Andrée, dite]

Par Sylvain Boulouque

Né le 9 juin 1930 à Paris, quartier des Batignolles, morte le 24 novembre 1997 à Neuilly-sur-Seine ; chanteuse ; chante pour les milieux libertaires et de gauche.

Monique Andrée Serf dite Barbara était la deuxième des quatre enfants d’Ester Brodsky, fonctionnaire à la préfecture de Paris, et de Jacques Serf, représentant en cuir et peaux, juif d’origine alsacienne, né à Paris en 1904. Elle avait un frère aîné Jean, né en 1928. Elle connut plusieurs déménagements pendant son enfance, puis dut se cacher pendant la guerre, notamment à Tarbes. Elle revint à Paris en 1946. Elle entra au conservatoire en 1948. Pour aider financièrement sa mère, elle quitta le conservatoire et exerça différents petits métiers. En 1950 elle réalisa son premier disque dans lequel elle chanta Jean-Roger Caussimon et Léo Ferré.

Après plusieurs années infructueuses, elle connut un premier succès d’estime dans le monde des cabarets. En 1958, elle participa au gala de soutien au Monde libertaire jouant en avant-première de Georges Brassens et Léo Ferré. Barbara renouvela cette initiative à quelques reprises dans les années 1960. Invitée à l’émission de l’ancienne militante de la Fédération anarchiste devenue présentatrice de télévision Denise Glaser en 1959, elle connut ses premiers succès. Elle resta liée au monde des chansonniers libertaires.

En 1981, elle appela à voter François Mitterrand et composa, Regarde, son unique chanson militante le 12 mai 1981, qu’elle reprit en 1988. Elle chanta également lors de la création de SOS Racisme puis à la fin des années 1980, pour soutenir la plus radicale des associations de lutte contre le Sida, Act-up.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15623, notice BARBARA [SERF Monique, Andrée, dite] par Sylvain Boulouque, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 5 mars 2017.

Par Sylvain Boulouque

ŒUVRE : Barbara a composé plus de trente albums 33 tours repris en 12 CD. Il était un piano noir, Paris, 1998, Ma plus belle histoire d’amour, Paris, l’Archipel, 2000.

SOURCES : Chorus n° 23, 1998. — Roland Romanelli, Vingt ans avec Barbara, l’Archipel, 2010 [l’auteur fut son accordéoniste, son compositeur et son ami].

Version imprimable Signaler un complément