HODOT Achille [Dictionnaire des anarchistes]

Par Notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 9 septembre 1878 à Chamouilley (Haute-Marne) ; ouvrier menuisier ; anarcho-syndicaliste.

Hodot habitait, 209, rue Saint-Maur, à Paris, Xe arr.

En mai 1912, il était membre du comité intersyndical du Bâtiment de la Seine, et fut impliqué dans la « 2e affaire du Sou du soldat » (voir Jean-Louis Thuillier). Aux assises de la Seine, il fut condamné le 26 novembre à trois mois d’emprisonnement et 100 francs d’amende.

Secrétaire du syndicat des ouvriers menuisiers en bâtiment de la Seine, il fut mobilisé en 1914 au 6e régiment d’artillerie lourde. Il se trouvait à Clermont-Ferrand en mars 1916.

Après la Grande Guerre, il fut un militant actif de la Fédération du Bâtiment, bastion anarcho-syndicaliste au sein de la CGTU. Son IXe congrès, à Paris, du 4 au 7 juillet 1923, vit l’éviction des communistes du bureau fédéral. Achille Hodot fut alors élu à la commission exécutive de la fédération.

La Fédération du bâtiment quitta officiellement la CGTU le 31 octobre 1924. Hodot était à ce moment membre du comité de la caisse de solidarité L’Entraide, aux côtés de Bidault* et de Legrand.

À son Xe congrès, à Lyon, du 18 au 20 juin 1925, la Fédération du Bâtiment vota son maintien dans l’autonomie, refusant de rejoindre la CGT. Hodot fut alors réélu à la commission exécutive.

En 1926 Hodot était membre de la commission exécutive de la 13e région fédérale (Drancy-Le Bourget-Bobigny) du Syndicat unique du bâtiment (SUB).

En 1934 il était avec E. Demeure* et Radoube* membre de la commission de contrôle de L’Entraide, dont le secrétaire était alors Auguste Huet*.

En 1937 il était le trésorier adjoint du SUB de la Seine, affilié à la CGT-SR.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156075, notice HODOT Achille [Dictionnaire des anarchistes] par Notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 17 mars 2014, dernière modification le 4 mai 2014.

Par Notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 053. — L’Humanité du 26 novembre 1912 — Le Libertaire, année 1934 — Boris Ratel, « L’anarcho-syndicalisme dans le bâtiment en France entre 1919 et 1939 », mémoire de maîtrise d’histoire sociale, université Paris-I, 2000 — note de Rolf Dupuy.

Version imprimable Signaler un complément