SOURISSEAU Charles, Auguste, Gustave [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche, Laurent Gallet

Né le 16 février 1859 à Luçon (Vendée) ; serrurier ; anarchiste.

Serrurier à Lyon, Gustave Sourisseau fut arrêté le 19 novembre 1882, avec 25 de ses compagnons de la Fédération révolutionnaire, à la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines en août, et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre.

Impliqué dans le Procès des Soixante-six, qui s’ouvrit devant le tribunal correctionnel de Lyon le 8 janvier 1883, Sourisseau fut classé dans la deuxième catégorie des prévenus (voir Toussaint Bordat). À l’audience, il contesta son appartenance à la Fédération révolutionnaire mais fut condamné, le 19 janvier 1883, à six mois de prison, 50 francs d’amende et cinq ans de privation des droits civils. Le jugement fut confirmé en appel le 13 mars 1883.

Après sa sortie de prison, Sourisseau n’apparut plus guère à Lyon que par intermittence, et s’installa à Paris. Il participa au meeting des « ouvriers sans travail » à la salle Lévis, le 23 novembre 1884 et à l’émeute qui s’ensuivit (voir Pierre Naudet). Arrêté par la police, il fut condamné en correctionnelle, le surlendemain, à huit jours de prison pour avoir crié « À bas les sergots ! À bas la rousse ! »

Par la suite, Sourisseau fréquenta le Cercle anarchiste international qui, fondé en 1888, était le principal lieu de rencontre anarchiste à l’époque (voir Alexandre Tennevin).

En 1890, il y défendait la participation des anarchistes au 1er Mai et le militantisme dans les syndicats.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155986, notice SOURISSEAU Charles, Auguste, Gustave [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, Laurent Gallet, version mise en ligne le 27 mars 2014, dernière modification le 27 mars 2014.

Par Guillaume Davranche, Laurent Gallet

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4 M 3 — M. Massard, « Histoire du Mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894 », DES, Lyon, 1954 — Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883 — Le Matin du 26 novembre 1884 — Constance Bantman, « Anarchismes et anarchistes en France et en Grande-Bretagne, 1880-1914 », thèse soutenue en 2007 à l’université Paris-XIII.

Version imprimable Signaler un complément