PEILLON Jacques [Dictionnaire des anarchistes]

Par Laurent Gallet

Né vers 1845 à Saint-Genis-Laval (Rhône) ; tourneur sur métaux à Lyon ; militant anarchiste.

Peillon appartint à la fédération révolutionnaire de la région de l’Est, qui en mars 1881 — c’est-à-dire quelques semaines avant la tenue à Paris du congrès régional du Centre qui marqua la scission entre socialiste et anarchistes — groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est.

Arrêté le 19 novembre 1882, ainsi que vingt-cinq de ses compagnons de la fédération révolutionnaire, à la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines d’août 1882, et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882, Peillon fut impliqué dans le procès dit Procès des 66, qui s’ouvrit à Lyon, devant le tribunal correctionnel le 8 janvier 1883. Au cours de son interrogatoire, il déclara avoir été trésorier de la souscription qui rapporta la somme de 31 Francs 50 destinée à l’achat d’un revolver d’honneur à Fournier, jeune ouvrier sans travail, âgé de dix-neuf ans, qui, le 24 mars 1882, avait tiré à Roanne sur le patron Bréchard.

Selon l’importance des charges retenues contre eux, l’accusation avait classé les prévenus en deux catégories (voir Bordat) ; Peillon, prévenu de la 1re catégorie, fut condamné, le 19 janvier 1883, à quinze mois de prison, 200 Francs d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civils, peine réduite, par arrêt de la cour d’appel de Lyon, le 13 mars 1883, à un an de prison, 100 Francs d’amende et cinq ans d’interdiction des droits.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155944, notice PEILLON Jacques [Dictionnaire des anarchistes] par Laurent Gallet, version mise en ligne le 29 mars 2014, dernière modification le 13 avril 2014.

Par Laurent Gallet

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4 M 3. — J. Maitron, Histoire du Mouvement anarchiste en France..., op. cit. — M. Massard, Histoire du Mouvement anarchiste à Lyon 1880-1894, DES, Lyon, 1954. — Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883.