Né à Genève en 1908, mort à Zurich en 1976. Journaliste, antimilitariste, anarchiste.

Marcel Maillard, né dans une famille ouvrière franco-suisse à Genève, était un bon élève et un sportif prometteur. Jeune employé de bureau, il s’éloigna de son milieu catholique et fréquenta la Jeunesse socialiste où ses positions radicales lui valurent des critiques acerbes et dont le nouveau « catéchisme marxiste-léniniste » se mit vite à lui déplaire.
En 1929, il refusa le service militaire et rencontra à cette occasion d’autres réfractaires qui n’étaient ni pacifistes ni religieux, comme l’anarchiste Emile Ith en compagnie duquel il fit plusieurs mois de prison. Il fut condamné à deux reprises pour refus de servir.
En 1931-1932, il collabora au Réveil anarchiste et anima un temps la Jeunesse libertaire de Genève.
En 1944, il subit une nouvelle peine de prison pour avoir refusé les impôts militaires.
Il cessa probablement ses activités militantes peu après. Marié à Lausanne vers 1950, il devint père de deux enfants ; à sa mort, il leur laissa des mémoires qui leur firent découvrir la jeunesse militante de leur père.

ŒUVRE et SOURCES : On était sport ! Une jeunesse genevoise, 1908-1930, Lausanne, Ethno-Doc 2016 — Lettres à Lucien Tronchet, Archives Collège du Travail, Genève — Le Réveil anarchiste, Genève, 1930-1932. — Informations fournies par sa fille.

Marianne Enckell

Version imprimable de cet article Version imprimable