EBERSOLDT ou EBERSOLD Jacques [Dictionnaire des anarchistes]

Par Notice complétée par Laurent Gallet

Né en 1864 ; anarchiste ; membre de la fédération révolutionnaire ; militant du groupe anarchiste « les Indignés » de Vienne (Isère).

Ebersoldt, anarchiste viennois, appartint à la fédération révolutionnaire de la région de l’Est qui, en mars 1881 – c’est-à-dire quelques semaines avant la tenue à Paris du congrès régional du Centre qui, dans le Parti ouvrier, marqua la scission entre socialistes et anarchistes – groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est.

À la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines d’août 1882 et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882, Ebersoldt fut impliqué dans le procès, dit « Procès des 66 », qui s’ouvrit à Lyon devant le tribunal correctionnel, le 8 janvier 1883. Averti à temps, Ebersoldt avait pu s’enfuir et passer en Suisse. Selon l’importance des charges retenues contre eux, l’accusation avait classé les prévenus en deux catégories (voir Bordat). Prévenu de la deuxième catégorie, Ebersoldt fut condamné par défaut, le 19 janvier 1883, à cinq ans de prison, 2 000 f d’amende et dix ans de surveillance et de privation des droits civiques, civils et familiaux.

Le journal Le Révolté signalait, le 27 octobre 1883, qu’il venait d’être expulsé de Belgique pour "propagande socialiste".

En 1893, son nom figurait toujours sur l’état des principaux anarchistes répertoriés à Vienne. Il avait un frère qui était également membre du groupe Les Indignés.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155884, notice EBERSOLDT ou EBERSOLD Jacques [Dictionnaire des anarchistes] par Notice complétée par Laurent Gallet, version mise en ligne le 21 mars 2014, dernière modification le 9 décembre 2018.

Par Notice complétée par Laurent Gallet

SOURCES : M. Massard, Histoire du mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894, DES, Lyon, 1954. — Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883. — Vivien Bouhey, op. cit., annexe 49. — Note de Marianne Enckell.