DOUBLIER Maurice [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né le 18 novembre 1873 à Cloyes (Eure et Loir) ; tué sur le front d’Argonne le 16 avril 1916. Commis en épicerie et chansonnier. Syndicaliste ; un des animateurs de La Muse rouge.

Militant syndicaliste révolutionnaire de la Fédération CGT de l’alimentation, Maurice Doublier est avant tout connu comme chansonnier révolutionnaire. Il écrivit plusieurs chansonnettes corporatives dont Les chants du commis épicier (1897), Le crayon sur l’oreille (1898), Les boîtes, et La Chanson des arpètes (1900).

Il fut dès le début du vingtième siècle l’un des premiers adhérents du Groupe des poètes et chansonniers révolutionnaires dont faisaient entre autres partie Sébastien Faure*, la veuve d’Eugène Pottier, Paul Paillette*, Constant Marie* dit Le Père Lapurge et bien d’autres. Il publia avec René Mouton le recueil La Chanson ouvrière (Paris, n°1, mars 1905), organe du Groupe des Chansonniers, qui vers 1907 fusionna avec le groupe La Muse rouge qui avait été fondé en 1901 par Constant Marie et Ferdinand Massy. Doublier devint alors le secrétaire du Groupe de La Muse rouge dont il tenait les permanences chaque mercredi soir au siège social, 6 boulevard Magenta en face de la Bourse du Travail, et qu’il allait par ses efforts imposer comme la principale société ouvrière chantante y faisant adhérer de très nombreux auteurs et interprètes tels Mauricius*, Coladant*, Clovys*, M. Hallé*, Charles d’Avray*, Eugène Bizeau*, etc.

En 1906 il collabora au recueil Almanach de la chanson du peuple pour 1907, rédigé par René Mouton et Paul Delesalle*, où un article signé Cocorico faisait l’historique du Groupe des poètes et chansonniers révolutionnaires. Le groupe participait alors, le plus souvent gratuitement, à de très nombreux galas et fêtes ouvrières.

Dans l’éditorial de L’Almanach de la Muse rouge pour 1914, M. Doublier, dénonçant l’emploi du terme « chanson sociale » et revendiquant celui de « Chanson révolutionnaire », écrivit : « Nous aimons la clarté dans l’exposé des uns, la précision et la franchise dans les moyens à employer pour combattre les autres. En chanson, comme en toute chose, nous pensons qu’il est inutile de s’apitoyer sur la misère du prolétariat si l’on ne s’en prend pas au salariat, qui en est la cause principale ; de s’attaquer au prêtre si l’on ne cherche pas à détruire l’hypothèse grotesque du dieu qui en fait la force ; de larmoyer pendant trois couplets sur les horreurs de la guerre pour terminer, au quatrième, par quelque banalité patriotarde… »

Mobilisé en août 1914, M. Doublier envoya plusieurs chansons décrivant la vie dans les tranchées (Aux Meurissons, A la Branière, Le Joueur de flûte) qui furent publiées dans le journal Le Bonnet Rouge. Maurice Doublier a été tué sur le front à Clermont d’ Argonne le 16 avril 1916.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155876, notice DOUBLIER Maurice [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 28 mars 2014, dernière modification le 23 avril 2018.

Par Rolf Dupuy

ŒUVRE : Jules Lemaitre en tournée (1901) — La Syvetonienne, Carmagole des assommoirs (1904) deux satires politiques antinationalistes. Chansons : Qui veut des chansons (1912) – Les retraites ouvrièresSarto a des visionsAccouchement royalVariations sur les doigtsT’as ben dit mon gas (1908) – La Chanson de la semaine anglaise.

SOURCES : La Bataille, 23 avril 1916 — R. Brécy, Autour de la Muse Rouge, Ed. C. Pirot, 1991 — R. Bianco, « Un siècle de presse… », op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément