AUBOIRE Gabriel [dit Gaby] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né le 13 avril 1899 à Villefranche (Allier), mort le 24 octobre 1963 à Pont-de-Vaux (Ain) ; forain, anarchiste de l’Allier.

Fils de Pierre Auboire, courrier des postes, et de Francine Gillardin, sans profession, il s’était marié le 6 septembre 1922 à Oyonnax (Ain) avec Eugénie Baumel..

Acquis tout jeune aux idées libertaires, Gabriel Auboire était entre les deux guerres un militant très actif du mouvement sous le pseudonyme de Gaby. En 1924 il était le secrétaire du groupe anarchiste de Moulins (Allier) où il demeurait 10 place de l’Hôtel de Ville, mais n’était pas adhérent à la Fédération Anarchiste du centre. Il collaborait régulièrement à l’organe d’action et de philosophie anarchiste L’Anarchie publié à Paris (1926-1929) par Louis Louvet* et Simonne Larcher*. Il était également le fondateur de la Fédération de la Libre Pensée de l’Ain.

Dans les années 1930, il était membre du groupe "Les Affranchis" et habitait Oyonnax (20 rue Couvert). En 1935 il était marchand forain à Moulins et fut l’un des signataires d’un Manifeste appelant à une Conférence nationale contre la guerre et l’union sacrée réunissant anarchistes et syndicalistes, dont le secrétaire à l’organisation était Robert Louzon*. En 1938 il fut membre du groupe de Moulins de l’Association des Fédéralistes Anarchistes (AFA) qui comptait une dizaine de membres et dont le secrétaire était François Minet*.

Auboire écrivait à cette époque régulièrement à l’organe de la CGT-SR Le combat syndicaliste où il dénonça notamment l’alliance du cléricalisme avec le fascisme, le capitalisme,le militarisme (1er janvier 1937), la collusion des syndicats avec les politiques (22 janvier 1937), Boudet le maire SFIO - qui le restera sous Vichy - (19 mars 1937), etc. Il organisa la venue d’Aristide Lapeyre à Vichy puis Moulins les 12 et 13 février 1937 pour une conférence axée sur la guerre d’Espagne dont il fera également le compte rendu dans le Combat syndicaliste.

Interné au camp de Nexon (Haute-Vienne) en 1941, il en fut libéré par le gouvernement de Vichy, le 12 octobre, en même temps que 45 autres syndicalistes.

Investi depuis longtemps dans la Libre Pensée de l’Allier, c’est lui qui au lendemain de la Libération participa au réveil de la Libre Pensée de l’Allier dont au congrès départemental à Moulins le 12 octobre 1947 il en assuma avec Minet la présidence. Il en sera le secrétaire départemental en 1948/1949.

Gaby Auboire, qui avait cessé tout militantisme au début des années 1950 tout en restant un libertaire convaincu, et dont la sœur Éliane fut également militante, est mort le 24 octobre 1963 à Pont-de-Vaux où il exerçait son métier de forain.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155800, notice AUBOIRE Gabriel [dit Gaby] [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 6 mai 2014, dernière modification le 4 avril 2017.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Le Libertaire, 12 juillet 1935 — Le Monde Libertaire, n°97, Janvier 1964 (nécro. de M. Laisant) — décès annoncé par Défense de l’Homme — R. Bianco, Un siècle de presse, op. cit. — Notes D. Dupuy — APpo BA 1899 (rapport du 20 mars 1941). — La Croix, du 13 octobre 1941 — Notes de René Laplanche et de Gilles Pichavant. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément