Né le 10 janvier 1903 à Port de Bouc (Bouches du Rhône), mort le 4 février 1954 à Marseille ; forgeron ; anarchiste de Marseille (Jeunesse anarchiste).

Aigon est à droite
Aigon est sur la droite
Aigon arriva à Marseille en 1919. Il habitait auparavant La Ciotat (Bouches-du-Rhône), où il travaillait aux ateliers des Messageries Maritimes.
Ainé d’une famille de 3 enfants, il travaillait régulièrement avec son père, forgeron lui aussi, aux chantiers navals de la rue de Lyon à Marseille. Il travaillait également à la Chaudronnerie du Midi, avenue d’Arenc.
En 1922 il demeurait rue Ferrari avec son père, sa mère et ses deux soeurs.
Il était un des membres les plus actifs du groupe Jeunesse anarchiste qui se réunissait au bar Coq d’Or (allées des Capucines).
Dans la nuit du 30 avril 1921 il fut surpris par des gardiens de la paix en train de coller sur les murs, avec Boissin* et Arestein*, des affiches anarchistes intitulées Contre la guerre, contre le crime. Poursuivi devant le tribunal correctionnel de Marseille pour provocation de militaires à la désobéissance, il fut condamné à un mois de prison le 2 juin 1921.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, 4M/2423. — Témoignage de son fils.

Thierry Bertrand

Version imprimable de cet article Version imprimable