Né le 1er septembre 1856 à Rives-sur-Fure (Isère) ; mécanicien en instruments de précision et d’optique ; militant de la Fédération révolutionnaire de l’Est à Lyon (Rhône).

Frère aîné de Hyacinthe, Joseph Trenta avait adhéré comme lui en 1881 à la Fédération révolutionnaire de l’Est qui regroupait la plupart des anarchistes de la région. Il collabora également à l’hebdomadaire L’Étendard Révolutionnaire (Lyon, 13 numéros du 30 juillet au 15 octobre 1882) qui avait succédé au titre Le Droit Social.
Les 13 et 14 août 1882 il fut délégué avec son frère Hyacinthe et onze autres compagnons de Lyon, dont Toussaint Bordat, au congrès international tenu à Genève, à l’initiative d’Élisée Reclus, où fut adopté un Manifeste refusant le suffrage universel, recommandant la séparation totale d’avec tout parti politique et adoptant le communisme comme finalité.
Suite aux violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines et des attentats de Lyon, Joseph Trenta fut arrêté avec son frère et 24 autres compagnons le 19 novembre 1882. Impliqué dans le procès dit des 66, il fut condamné le 19 janvier 1883 à un an de prison, 100 francs d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civils.

SOURCES : M. Massard, Histoire du mouvement anarchiste à Lyon, op. cit.— Le procès des anarchistes devant la police correctionnelle…, op. cit.— René Bianco, Un siècle de presse anarchiste…, op. cit.

Maurice Moissonnier, notice complétée par Rolf Dupuy

Version imprimable de cet article Version imprimable