THALMANN Clara, née ENSNER [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell

Née le 24 septembre 1908 à Bâle (Suisse), morte le 27 janvier 1987 à Nice (Alpes-Maritimes) ; militante des Jeunesses socialistes suisses, puis des JC en France (1925-1927) ; combattante en Espagne républicaine ; oppositionnelle proche des trotskystes, pendant et après la guerre, puis des anarchistes ; résistante.

Née dans une famille comptant dix enfants qui devaient tous s’engager dans le mouvement ouvrier, Clara Ensner, dont le père était tailleur de pierre, adhéra à quatorze ans aux Jeunesses socialistes de Bâle. Elle résida de 1925 à 1927 à Paris où elle fut ouvrière dans la métallurgie, notamment aux usines Renault. Elle milita à la Jeunesse communiste et collabora occasionnellement à l’Humanité. À son retour à Bâle, elle se lia à Paul Thalmann qui revenait d’Union soviétique et partagea désormais son existence. Elle fut responsable d’une cellule de jeunes métallurgistes. Lors de l’exclusion du parti de Paul Thalmann en 1929, on exigea sa rupture immédiate avec le « renégat » ; n’obtempérant pas à cette exigence, elle fut exclue à son tour.

Clara Thalmann se rendit au début de juillet 1936 en Espagne en autostop dans l’intention de participer comme nageuse aux Spartakiades de Barcelone faisant pendant aux Jeux olympiques qui se déroulaient à Berlin. L’Espagne lui était familière, elle l’avait parcourue avec Paul Thalmann en 1930 et 1932. La guerre civile ayant éclaté, Clara Thalmann combattit sur le front dans une colonne de la CNT, où son compagnon vint la rejoindre. Après une tournée de propagande en Suisse, ils retournèrent en Espagne en janvier 1937 et s’intégrèrent au Groupe international de la Colonne Durruti, qu’ils quittèrent en mars. Après les journées de mai, ils passèrent plusieurs semaines en prison à Valence avant d’être libérés grâce aux pressions de l’Internationale socialiste. Ils quittèrent l’Espagne à la mi-septembre 1937 et vécurent désormais en France. Ils s’occupèrent en premier lieu de la libération des détenus en Espagne.

Après la guerre, Paul Thalmann collabora avec Nicolas Lazarévitch* à La Réalité russe et participa au cercle « Liaisons internationales » et au cercle Zimmerwald de Maurice Chambelland. Les Thalmann quittèrent Paris en 1954 pour Nice (Alpes-Maritimes). Ils firent des conférences sur la guerre d’Espagne et le rôle des anarchistes, dans les universités en Allemagne et en Suisse. En 1966, un film de la télévision allemande relata leur histoire. La télévision suisse produisit en 1973 un film de Richard Dindo, Les Suisses dans la guerre civile espagnole, où ils apparaissent en bonne place. En 1977, ils publièrent leurs mémoires à Hambourg : Revolution für die Freiheit, Stationen eines politischen Kampfes, Moskau-Madrid-Paris. La traduction française parut en 1983.

Clara Thalman retourna en Espagne en 1983 avec Augustin Souchy et une équipe de cinéma qui les filma sur leurs lieux de militance. Elle participa à la Rencontre internationale anarchiste de Venise en 1984.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155766, notice THALMANN Clara, née ENSNER [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell, version mise en ligne le 22 mars 2014, dernière modification le 22 mars 2014.

Par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell

SOURCES : Clara et Paul Thalmann, Combats pour la liberté. Moscou-Madrid-Paris, Quimperlé, La Digitale, 1983. — D. Vogelsänger, Der Trotzkismus in der Schweitz (1930-1942), Th., Université de Zurich, 1979 – Medienwerkstatt, Die lange Hoffnung, Erinnerungen an ein anderes Spanien : Clara Thalmann, Augustin Souchy, documentaire accompagné d’un livre, Fribourg-en-Brisgau 1983 – Ciao anarchici. image d’une rencontre internationale anarchiste, Genève, Milan, etc., 1986.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément