SAROLÉA Jean [dit Robert] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

Employé ; anarcho-syndicaliste.

En 1911-1913, Jean Saroléa était militant au Syndicat des employés de la région parisienne, de tendance révolutionnaire (voir Arthur Bodechon) et la police le tenait – sans doute à tort – pour membre de la Fédération révolutionnaire communiste.

Jean Saroléa appartenait en 1921 aux Comités syndicalistes révolutionnaires (CSR).
De décembre 1921 à avril 1922, il participa à la réalisation du Syndicaliste révolutionnaire, organe de la tendance syndicaliste révolutionnaire « pure » de la CGTU (voir Pierre Besnard). Il participa ensuite au journal qui le relaya : La Bataille syndicaliste.

Saroléa fut délégué par le syndicat du bâtiment de Bar-le-Duc (Meuse) au congrès de la CGTU de Saint-Étienne, du 25 juin au 1er juillet 1922, et vota la motion Besnard.

En 1923, il participa à la fondation de l’Œuvre internationale des Éditions anarchistes.

Au congrès CGTU de Bourges, du 12 au 17 novembre 1923, il fut délégué du bâtiment de Graulhet (Tarn), et se classa dans la minorité « anarcho-syndicaliste ».
Les 1er et 2 novembre 1924, il participa au congrès de la Minorité syndicaliste révolutionnaire et intégra la commission administrative provisoire de l’Union fédérative des syndicats autonomes (UFSA) constituée à cette occasion (voir Lucien Huart).

Lors de la conférence de Saint-Ouen, le 28 juin 1925, il fut élu au bureau exécutif de l’UFSA comme trésorier adjoint. Les autres membres en furent Lucien Huart* et Pierre Besnard* (cosecrétaires), Amélie Planteline* (trésorière) et Lentente* (archiviste).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155757, notice SAROLÉA Jean [dit Robert] [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 28 mars 2014, dernière modification le 26 janvier 2019.

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. PPo. 49, 50 et 296 — André Tardieu, « La campagne contre la patrie », La Revue des deux mondes de juillet-août 1913 — La Voix du travail, août 1926. — Boris Ratel, « L’anarcho-syndicalisme dans le bâtiment en France entre 1919 et 1939 », mémoire de maîtrise, université Paris-I, 2000.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément