RENOUARD Marcel, Pierre, Adrien [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli

Né le 23 août 1899 à Paimboeuf (Loire Inférieure) ; militant anarchiste, "naturiste".

À l’appel de sa classe, en septembre 1918, il fut affecté au service automobile du IIe Corps à Nantes.

Depuis 1926, il demeurait au 92, rue Rébeval à Paris dans le 19eme où il vivait avec Marthe Blanche Bizet, né le 12 décembre 1902 à Paris dans le 10eme arrondissement, avec qui il eut deux enfants. Il était ouvrier mécanicien aux Aciéries de Longwy au 116, rue d’Aubervilliers. Selon le Ministère de l’Intérieur, il fréquentait assidument les milieux libertaires et plus particulièrement les Jeunesses Anarchistes Autonomes. Il entretenait une relation suivie avec les anarchistes Fournier Gaston, Louvet Louis* et Le Forestier Jean à qui il rendit visite à la prison de La Santé alors que ces derniers y purgeaient une peine pour provocation de militaires à la désobéissance.

Il fut vraisemblablement candidat libertaire aux législatives d’avril 1928 dans la 2eme circonscription du 15eme arrondissement de Paris.

Le 4 avril 1930, il quitta Paris pour Solliès-Pont dans le Var et s’installa avec sa famille dans le hameau des Bénés, non loin de Kosmo, une propriété appartenant à Mademoiselle Estour Marguerite. Cette propriété composée de maisonnettes où résidaient des Français et des étrangers formait une colonie dont les habitants se faisaient appeler les "naturistes". Il exerçait alors la profession de journalier. Il déclara à la police être venu s’installer dans le Var à cause de la santé de ses enfants.

Marcel Renouard était à la fin des années 1920 le responsable à Marseille du Comité libertaire de vacances enfantines. Il fut également le gérant du numéro unique du journal anarchiste italien Pensiero e Realta (Marseille, septembre 1938). En 1938, il résidait au 55, boulevard Sacoman dans le quartier de Sainte-Marguerite (10°arrt) avec Marguerite Renouard, sa femme. Dans un communiqué envoyé au Risveglio Anarchico et publié amputé des informations confidentielles qu’il contenait dans L’Adunata Dei Refrattari du 20 mai 1939, Marthe Renouard devenait le contact clandestin du comité Pro Vittime Politiche de Marseille à partir du 5 mai 1939 et après l’arrestation des compagnons français qui le gérait jusque là.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155735, notice RENOUARD Marcel, Pierre, Adrien [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli, version mise en ligne le 24 juillet 2015, dernière modification le 2 août 2015.

Par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli

SOURCES : Arch. Dép. du Var, 1 M 274. — Biblioteca Franco Serrantini. — IISH Amsterdam Fonds Luigi Bertoni boîte n°111, lettre du comité adressée au Risveglio pour diffusion du 5 mai 1939. — L. Bettini,Bibliografia… , op. cit. — F. Morel Fontanelli, "I Comitati Pro Vittime Politiche d’Italia" à Marseille entre les deux-guerres. Histoire d’une organisation clandestine en exil, Master II, Aix-Marseille I, 2011—Notes de Rolph Dupuy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément