SAYAS Pierre [SAYAS GAMIZ Pedro] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli Morel

Né le 1er février 1901 à Valence (Espagne), mort en 1962 ; boulanger ; militant anarchiste et anarcho-syndicaliste de Marseille.

Pedro Sayas Gamiz serait le fils de Georges Sayas et d’Isabelle Ganni (Gamiz). Dès 1916 il était à Marseille où le 16 mars il se fit enregistrer en tant qu’étranger. Il était au début des années 1920 l’un des animateurs à Marseille de la Fédération anarchiste de langue espagnole des Bouches-du-Rhône qui avait son local à Saint-Henri. Selon Martial Desmoulins "c’était un bon orateur... il s’exprimait aussi bien en français qu’en catalan ou castillan". Demeurant 45 Cours Devilliers, il était l’un des camarades qui s’occupaient des compagnons espagnols émigrés en France et "des papiers, des démarches à faire auprès des autorités, de leur trouver du travail dans le bâtiment ou aux tuileries de Saint-Henri". Il disposait également d’un garni, 2 rue du Chêne (2e arr.), appartenant à Viaud* ou à Vecchioni, où il logea de nombreux militants.

En 1922 il était le secrétaire du Comité pro-presos de Marseille et fréquentait assidûment les réunions du groupe La jeunesse anarchiste dont le siège se situait au Bar du Coq d’or, 63 allée des Capucines. Il collaborait également à l’organe La Jeunesse anarchiste (Paris, 1921-1922, au moins 12 numéros) dans lequel, début 1922 il écrivait : "Nous autres jeunes, nous possédons une ardeur d’action plus manifeste que les copains âgés (...) Les principaux moyens pour attirer et former les jeunes sont créer des groupes de JA un peu partout, former des chorales, faire des excursions en commun, prendre sous son égide des cours de langue internationale... Voilà du travail pour nos camarades. Il faudra que le Jeunesse anarchiste s’organise plus méthodiquement que ne le firent nos aînés, il faut que nous arrivions à former une sorte d’école d’éducation rationnelle et d’action" (cf. rapport de police spéciale n°905 du 9 mars 1922). Selon la police il disposait d’une bonne instruction primaire et jouissait d’une assez grande influence dans les milieux anarchistes et révolutionnaires espagnols de la cité phocéenne.

Sayas collabora à la série quotidienne du Libertaire (1923-1925). Au début des années 1930, il fut avec Joseph Clot* et Léopold Faure* l’un des animateurs du groupe d’Action anarchiste qui se réunissait chaque soir à la Bourse du travail.

Pendant la guerre civile Sayas fut volontaire en Espagne dans la Colonne Durruti et participa aux combats sur le front de Saragosse. Il fut également l’un des conseillers municipaux CNT de la mairie de Tortosa. Sa participation aux affrontements avec les staliniens en mai 1937 lui aurait valu d’être condamné par contumace à une lourde peine de prison.

En 1938 il militait à Marseille où il était de retour et appartenait à la même loge maçonnique que Voline*, Roumilhac* et Gleizes*.

Les 27-28 juillet 1946 Pierre Sayas participa au congrès régional anarchiste de Marseille où il était le délégué du groupe de Saint Antoine (6 militants). Il y représentait également le Comité régional de Provence du Mouvement Libertaire Espagnol (MLE) en exil. Dans les années 1950 il était toujours membre du groupe de Saint-Antoine adhérant à la Fédération Anarchiste (XIIe région).

Pierre Sayas, qui avait divorcé d’une Française pour se mettre en ménage avec une Espagnole, mourut en 1962.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155595, notice SAYAS Pierre [SAYAS GAMIZ Pedro] [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli Morel, version mise en ligne le 3 avril 2014, dernière modification le 3 juin 2015.

Par Rolf Dupuy, Françoise Fontanelli Morel

SOURCES : AD Bouches-du-Rhône 1 M 1729, rapport 646 du 21 février 1922, rapport 905 du 9 mars 1922 & Notice individuelle du 15 février 1922 — Le Monde libertaire, n°83, octobre 1962 (nécrologie) — Témoignage de Martial Desmoulins in Bulletin du CIRA, Marseille, n°19-20, mai 1983 — M. Iñiguez, Enciclopedia historica del anarquismo español, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément