CONSTANT Ferdinand [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Mineur ; anarchiste et syndicaliste du Pas-de-Calais.

Militant du jeune syndicat (voir Benoît Broutchoux), Ferdinand Constant était mineur à la compagnie de Dourges et habitait Hénin-Liétard (aujourd’hui Hénin-Beaumont, Pas-de-Calais).

Le 11 avril 1908, une bombe éclatait devant le commissariat du 3e arrondissement de Tourcoing (Nord). Aussitôt, la police lança une vague de perquisitions chez les militants anarchistes connus de la région, sans résultat.

Le 4 août 1909, sur la foi d’une lettre anonyme, la police arrêtait deux militants anarchistes : Jules Bernard* et Ferdinand Constant. Un troisième, Jean Descamps*, alors en Belgique, fut arrêté le 8 août à Charleroi et extradé le 11 septembre.

Une campagne de soutien fut organisée par les groupements anarchistes et le CDS de la région (voir Jean-Baptiste Knockaërt). Elle culmina avec une manifestation à Lille le 10 octobre, qui fut émaillée de violences policières (voir Benoît Broutchoux).

Les trois accusés bénéficièrent d’un non-lieu le 16 octobre. Leurs avocats, Willm et Gombert, prouvèrent que qu’ils étaient victimes d’une dénonciation calomnieuse émanant d’un certain Maurice Caffier. Celui-ci était connu comme individualiste. À Paris, il avait fréquenté la mouvance de L’Anarchie. Après l’affaire, il fut considéré comme un mouchard et disparut de la circulation. L’Anarchie tarda à prendre position, et ne reconnut la culpabilité de Caffier que le 11 novembre.

Après la guerre, Ferdinand Constant fut secrétaire de la section syndicale des mineurs d’Ostricourt (Nord), et adhéra au Parti communiste en 1921 et à la CGTU dès sa création.

Il fut, en 1923, secrétaire de l’Union départementale unitaire du Pas-de-Calais.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155395, notice CONSTANT Ferdinand [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 13 avril 2014, dernière modification le 3 avril 2017.

Par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 2 372 et M 2 387. — L’Action syndicale d’août à octobre 1909. — La Guerre sociale du 27 octobre 1909. — L’anarchie du 11 novembre 1909.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément