SCHINDLER Patrick, Jean-Marc [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 7 mars 1956 au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne) ; militant du Front homosexuel d’action révolutionnaire et de la Fédération anarchiste ; documentaliste et journaliste.

Il est le fils de Pierre Schindler, né en 1930 à Pont-Saint-Esprit (Gard), et d’Andrée Pasek, née en 1933 à Paris. Sa mère et son père travaillaient dans le commerce. Sa mère était vendeuse dans l’automobile et se revendiquait de convictions fortement marquées à gauche (PS). Son père, représentant de commerce, ne manifestait pas d’opinions politiques ou sociales fortes. Par contre, le grand-père maternel de Patrick Schindler, artisan tricoteur, s’affirmait de sensibilité anarcho-syndicaliste. Cet homme eut sans doute une influence sur son petit-fils et son devenir militant. Depuis 1999, Patrick Schindler vit pacsé avec Christophe Tzotzis, ténor et garde d’enfants, adhérent du Parti socialiste.

Après une licence de lettres modernes à Paris-VIII Vincennes (1977), Patrick Schindler poursuivit ses études au Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ). Après avoir été journaliste à Libération de 1974 à 1977, il fit plusieurs petites boulots (coursier, télexiste, restauration à Amsterdam et à New York), avant de devenir documentaliste et responsable de l’information dans une entreprise de réassurance de 1988 à 1998. Il fut par la suite rédacteur en chef dans une association d’assureurs et de mutualistes de 2001 à 2007. Depuis, il pige pour plusieurs revues d’assurances.

Sa vie militante commença par une adhésion au Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples (MRAP) au lycée Buffon en 1971-1972 et par la vente de La Cause du peuple. Il participa alors à tous les événements de l’après-1968, de l’enterrement de Pierre Overnay à la création du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR). Il rejoignit le groupe Germinal de la Fédération anarchiste de 1972 à 1974 où il participa à la rédaction du Monde libertaire alors situé rue Ternaux à Paris. Dans le même temps, il fut l’un des animateurs du Collectif radical anarchiste du lycée Buffon (CRAB), jusqu’à son exclusion de l’établissement pour action militante en 1973.

De 1975 à 1995, il se qualifie lui-même « d’électron libre » tout en poursuivant ses études de lettres durant lesquelles il rencontra René Schérer. À cette période, il participa au journal Libération (1re formule), puis à l’hebdo et mensuel homosexuel révolutionnaire (au début) Gay-Pied et voyagea en Amérique et en Asie.

À partir de 1995, particulièrement après l’évacuation musclée des sans-papiers de l’église Saint-Ambroise à Paris et la montée du Front national dans plusieurs régions françaises, il s’engagea à Ras-l’Front République avec d’autres camarades anarchistes avec lesquels il créa plus tard une revue de presse hebdomadaire antifasciste pour Ras l’Front, baptisée le Claaaaaash (Collectif libertaire anticapitaliste, antireligieux, antifasciste, antiautoritaire, antiraciste, antirévisioniste, antisexiste et antihomophobe). En 1998, les animateurs du Claaaaaash adhèrent à la Fédération anarchiste et fondent un groupe qui porte ce nom.

Dans le cadre de la Fédération anarchiste, Patrick Schindler participa à l’animation de la commission antipatriarcale et au travail de l’équipe des relations internationales, plus particulièrement en direction de l’Allemagne, de l’Autriche et des pays de l’Est. Présent à de nombreux congrès de l’organisation, en 2006-2007, il fut mandaté au secrétariat histoire et archives. Au 64e Congrès de la FA à Ganges (Gard) en 2007, il est nommé secrétaire général.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155332, notice SCHINDLER Patrick, Jean-Marc [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 22 avril 2014, dernière modification le 22 avril 2014.

Par Hugues Lenoir

ŒUVRE : De nombreux articles dans Le Monde Libertaire depuis 1998 signés Patrick Schindler, Petr Pasek et La Fiotte Noire.
- La Fleur au canon, ou les tribulations d’un mauvais soldat Sveik, ouvrage antimilitariste autobiographique, éd. Savelli. 1978, épuisé. Réédition par les Éditions libertaires, sous le titre L’Arme à l’œil, 2008.
- Le Front national à l’assaut de la culture, avec Mireille Guillaume, Éd. Ras l’Front, Paris, 1996.
- Agir contre le Front national, ouvrage collectif, Éd. Ras l’Front, Paris, 1997.
-  Contre l’homophobie, avec Claudie Lesselier et Nathalie M, Éd. Ras l’Front, Paris, 1998.
- Des femmes et des homosexuel(le)s contre l’extrême droite, Éd. Ras l’Front, Paris, 1998.
- Revue antifasciste Claaaaaash, Éd. Claaaaaash, Paris, 1996-1998.
- Les Anarchistes contre l’ordre moral, reste d’une conférence à l’Usine, Éd. Claaaaaash, Paris, 2002.
- Criminalisation de l’immigration répression policière, arguments pour l’Emancipation sociale, avec Daniel Giraud, Maurice Rajsfus et René Schérer, Éd. du Monde libertaire, Paris, 2006.
- Vie et luttes de Margarethe Faas Hardegger, anarchiste, syndicaliste & féministe suisse au début du XXe siècle, collection « Graine d’ananar », Éd. du Monde libertaire, Paris, 2007, pour le centenaire de la création de la revue L’Exploitée.
- Une décennie de luttes sociales, Éd. du Monde libertaire, Paris, 2008.
- Une décennie de luttes sociales, 1998-2008, Éd. du Monde libertaire, Paris, 2009.
- Arthur Rimbaud, ou l’anarchiste inachevé, en préparation.

SOURCE : Témoignage direct, 2007.