SARBONI Edward [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né 1er avril 1946 à Alger (Algérie) ; militant de la Fédération anarchiste, fondateur de la Coordination des groupes anarchistes (CGA), à partir de 2015 militant à Organisation Anarchiste (O.A.) ; technicien puis formateur et enseignant.

Edward Sarboni
Edward Sarboni

Edward Sarboni vécut à Rouen entre 1962 et 1980. Depuis 1980, il habite à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Il est le fils de Julien Sarboni, né en 1915 à Alger, décédé en 1998, qui était artisan électricien, et de Francisca Sese, née en 1919 à Pedreguer (Espagne), décédée en 1996, sans profession.
Il vit en couple avec Martine Boury, elle-même militante syndicaliste et militante anarchiste à la Fédération anarchiste de 1984 à 2002 et de 2002 à 2015 la Coordination des groupes anarchistes. Depuis 2015 à Organisation Anarchiste…
Après des études secondaires à Rouen en 1964 (niveau bac), il s’engagea dans une reprise d’études, obtint alors un DEA d’histoire contemporaine et commença un doctorat en 1995-1996.
Il débuta sa carrière professionnelle entre 1964-1965 aux Anciennes Mutuelles à Rouen puis comme technicien au laboratoire des Ponts et Chaussées (1966-1979) à Grand-Quevilly (Seine-Maritime). Une fois arrivé à Perpignan, il fut tout d’abord rédacteur de presse, en particulier à L’Artisan catalan et à L’Indépendant (1981-1982), puis contrôleur des PTT (1986-1988) à Cannes (Alpes-Maritimes).
Edward Sarboni était formateur de 1988 à 1998 dans des organismes privés et devint professeur à l’Éducation nationale en 1995 où il travailla à plein temps en 1998.
S’il fut plus tard influencé, en particulier par Jacky Toublet*, son parcours militant fut marqué dans un premier temps par son origine géographique. Il rentra d’Algérie en 1962, il était alors âgé de 16 ans, et commença à militer pendant une année dans les rangs de la FEN (Fédération des étudiants nationalistes), largement composés de rapatriés En 1964, il participa à sa première grève aux anciennes Mutuelles, à Rouen, où il travaillait. Cette première expérience lui fit prendre conscience de sa condition de travailleur. À celle-ci, s’ajouta la lecture, en 1968, de L’Anarchisme, de Daniel Guérin, qui fut déterminante quant à son engagement idéologique.
En 1967 et 1968, il fut syndiqué à la CGT (Équipement) des CETE (Centres d’études techniques de l’équipement) et Labos. En 1973, il adhéra à la CFDT et devint secrétaire de section du CETE, à Grand-Quevilly, où il fut aussi délégué du personnel et assuma des responsabilités (délégué à la formation) au Syndicat national des CETE et Labos et à la Fédération nationale de l’habitat de l’Équipement et des Transports (FNHET).
Il essura la fonction de secrétaire du syndicat CFDT au CETE de Rouen de 1973 à 1979. En 1977, il participa au congrès de transformation de la FNHET en FGTE (Fédération générale des Transports et de l’équipement CFDT) à Rouen. En 1980, à Perpignan, il milita à l’UD-CFDT des Pyrénées-Orientales et, en 1982, il participa à la création du Syndicat des chômeurs. Il rejoignit le syndicat de l’éducation de la CNT 66 en 2002 et prit une part active au mouvement national de grève dans l’éducation du 4 avril au 19 juin 2003, mouvement dont il fut l’un des trois porte-parole.
Durant ces années, il milita aussi sur d’autres terrains que le terrain syndical. En 1969, il participa au lancement d’une campagne en faveur de l’anarchiste italien Valpreda et, en 1973, il s’engagea dans le comité "Rouen Libération".
Établi dans les Pyrénées-Orientales, il co-fonda en 1984 le Comité antifasciste à Perpignan à l’appel de la FA et de 21 organisations. En 1998, il se mobilisa dans le cadre du collectif de chômeurs de Perpignan. Il milite depuis cette date (et ce jusqu’en 2006) au comité de soutien aux sans-papiers local, en particulier lors de préparation de la délégation en vue de la manifestation du 19 mars 1999 à Paris.
En 2008, il prit part à la mise sur pied d’une quinzaine « Mai 68 ».
Comme militant anarchiste et anarcho-syndicaliste, Edward Sarboni participa dès 1970 à la création du Groupe d’action et d’études libertaires (GAEL) à Rouen, puis à celle du Groupe anarcho-syndicaliste (GAS) en 1975, toujours à Rouen. Il rencontra alors des militants de l’Alliance syndicaliste (Jacky Toublet*, René Berthier*, Serge Aumenier, Thierry Porré …), d’une part, et de la CNT-Tour-d’Auvergne (Hugues Lenoir* ; Hélène Hernandez…), d’autre part. En 1976, il participa à la création de la Coordination nationale des anarcho-syndicalistes (CNAS) à Sotteville-lès-Rouen. En 1980, il co-fonda le Cercle d’Etudes Sociales et le GAS à Perpignan et participa au lancement du journal Informations et analyses libertaires. Le GAS organisa le camping libertaire international du Bourdigou (Torreilles/Sainte-Marie). En 1984, le GAS devint le groupe Puig-Antich et adhéra à la FA qui organisa le congrès de l’organisation en 1986. La même année, le groupe Puig-Antich participa à l’organisation du cinquantenaire de la Révolution espagnole et à celle d’un gala de soutien avec Léo Ferré.
En 1995, Edward Sarboni intervint au 1er colloque national sur l’anarchisme à Perpignan comme il le fit en 2006 lors 2e colloque national sur l’anarchisme dans la même ville. Il fut mandaté au secrétariat des relations intérieures de la FA en 1998 et en 1999. En désaccord avec certains modes de fonctionnement de la FA, il quitta cette organisation après le congrès de Rouen en 2002 et participa à la création de la Coordination des groupes anarchistes (CGA) avec l’Union régionale Sud-Ouest de la FA (URSO) en juin et le groupe de Montpellier à partir de septembre. Le 1er Congrès de la CGA se tint en 2004 à Perpignan ainsi que le 5ème en novembre 2012. Hormis sa participation à tous les congrès de la FA de 1984 à 2002, il a représenté la CNAS au congrès de la SAC suédoise (1978) et au 5e Congrès de la CNT à Madrid (1979) ; la FA au congrès de la CGT-E à Madrid (1985) et la CGA au congrès de la FA à Rennes (2004), au congrès d’Alternative Libertaire à Angers (2005) ainsi qu’à la rencontre internationale anarchiste de Saint-Imier en août 2012. .
Après les événements de janvier 2015 et le massacre perpétré à « Charlie Hebdo », il quitta, la CGA au début du mois de février 2015, avec son groupe, et en mars, les groupes de Toulouse, Carcassonne, Nosotros et les liaisons d’Auch, Orléans et du Vaucluse, dé-fédération qui fit suite à de profonds et nombreux désaccords.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155328, notice SARBONI Edward [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 21 avril 2014, dernière modification le 5 novembre 2019.

Par Hugues Lenoir

Edward Sarboni
Edward Sarboni

ŒUVRE : Auteur de nombreux articles pour des revues libertaires : La Rue, Itinéraire, Increvables Anarchistes n°s 7 et 9 et des journaux anarchistes : Le Monde libertaire, Informations et analyses libertaires, Le Combat syndicaliste
Travaux universitaires
Mémoire de Maîtrise (1992-1993) Université de Perpignan : « Des communautés libertaires de 1968 à 1978, dans le Sud-Ouest », sous la direction de Jean Sagnes*. — Mémoire de DEA (1993-1994) Université Paul Valéry - Montpellier III « Contribution à l’histoire du Mouvement ouvrier français. Le syndicalisme de la « Révolution Prolétarienne » entre 1925 et 1939 », sous la direction de Jean Sagnes, Professeur d’histoire contemporaine, Président de l’Université de Perpignan
Auteur (d’) (ou ayant collaboré à) (des) ouvrages militants et/ou historiques : 1944. Les dossiers noirs d’une certaine Résistance ; Trajectoires du fascisme rouge, Éditions du Cercle d’études sociales, 1984 ; Les Pénétrations des idées de l’extrême droite dans la société française, Éditions du Cercle d’études sociales, 1986 ; Agir au lieu d’élire, Les anarchistes et les élections, Éditions du Monde libertaire, 2000 ; Les Anarchistes et l’Europe. Réflexions et propositions à l’occasion du référendum, Éditions du Monde libertaire, 1992 ; Ici et maintenant (vidéo) avec le groupe Puig Antich de la FA et l’association « l’Art ou cochon », 2000.
Vivre l’anarchie. Expériences communautaires et réalisations alternatives (XIXeet XXe siècles). Actes du colloque de Ligoure mai 2009, 2010, ACL. — Éloge de la passe. Changer le sport pour changer le monde, Paris, 2012, Les Éditions Libertaires. — Sur Kronstadt, article écrit en février 2004, sur le Web, en réponse à deux articles parus dans Les cahiers du CERMTRI.
En juillet 2016, paraît aux éditions Acratie, l’ouvrage
« Une revue entre les deux guerres - Le syndicalisme de la révolution prolétarienne entre 1925 et 1939 - Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français »

SOURCES : Témoignage direct, décembre 2009. — Agrémentée des informations (ou corrections) d’Edward Sarboni en mai 2014, septembre 2016 et mai 2018..

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément