Né le 2 juin 1938 à Paris VIIe ; militant libertaire ; typographe puis restaurateur ; écrivain.

Il est le fils de Jean Rey, né à Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 1892 et mort à Paris en 1964, qui était architecte, et d’Hélène Rouard, née à Paris en 1901 et morte à Paris en 1990, « sans profession ». Ses parents appartenaient à la droite royaliste et eurent une fille religieuse.
Benoist Rey vécut à Paris jusqu’en 1972, puis en Ariège de 1972 à 2000. Il réside aujourd’hui en Anjou. Il vit en couple et est le père de trois enfants. Ayant peu de goût pour les études, il interrompit sa scolarité en première avec pour tout bagage un simple BEPC et le projet depuis qu’il a 12 ans de devenir typographe.
Ce qu’il fut à l’imprimerie Marchand de 1957 à 1958 puis de 1960 à 1961. Il fit alors un bref passage à la CGT. Puis il devint chef de fabrication dans trois agences de publicité de 1961 à 1968.
Et enfin restaurateur, d’abord à Paris au restaurant La Marmite (1969-1971), puis à l’auberge des Traouques en Ariège (1975-2000).
La guerre d’Algérie conduisit Benoist Rey à une dénonciation et à un refus viscéral de la violence et de la torture qu’il dénonça en 1961, à son retour d’Algérie, lorsqu’il publia Les Égorgeurs aux Éditions de Minuit. Témoignage bouleversant qui fut saisi par la police. Alors, « écœuré par la passivité du PCF », il milita quelque temps avec les trotskistes de Voie communiste.
Pendant les événements de Mai 68, il participa au comité d’action du VIe arrondissement (tracts, agitation) et aux barricades, ce qui lui valut une arrestation et un bref passage à l’hôpital Beaujon, lieu où étaient rassemblés par la police les barricadiers parisiens. Benoist Rey entama ensuite un itinéraire individualiste, hors des organisations, fondé sur le partage et la solidarité.

ŒUVRE : Les égorgeurs (1961), Paris, réédition Éd. Las Solidarias, Éd. du Monde libertaire, Paris, 1999. — Les Trous de mémoire, tomes 1 et 2, Éd. Libertaires, Chaucre, Saint-Georges-d’Oléron, 2006-2007.

SOURCE : témoignage direct juillet 2009.

Hugues Lenoir

Version imprimable de cet article Version imprimable