CAVALLIER Michel [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né le 17 septembre 1946 à Paris 14e ; éducateur de rue puis agent ANPE ; communiste libertaire puis maoïste, puis socialiste.

Michel Cavallier (1968)
Michel Cavallier (1968)
Coll. Guy Malouvier/Archives d’AL

Michel Cavallier était le fils d’un fonctionnaire du ministère des Finances et d’une mère au foyer qui éleva 7 enfants, dont une fille décédée en bas âge.

Au milieu des années 1960 Michel Cavallier, éducateur de rue au club L’Éléphant blanc, rue des Cinq-Diamants, à Paris 13e, habitait la Butte-aux-Cailles et militait au groupe Albert Camus (Paris 14e) de la Fédération anarchiste.

Partisan de la tendance organisationnelle de la FA, il était en 1966 le responsable des formations organisés par le groupe Louise Michel (Paris 18e). Michel Cavallier faisait alors partie du regroupement de jeunes militants – dont Guy Malouvier et Ramon Finster – qui, autour de Maurice Fayolle, devait être à l’origine de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA).

Michel Cavallier participa activement aux évènements de Mai 68 et à l’occupation de la Sorbonne. Il collaborait alors, parfois sous le pseudonyme de Jacques Liber, au Monde libertaire et à la revue La Rue éditée par le groupe Louise Michel. On retrouvait également sa signature dans les divers bulletins de la tendance organisationnelle de la FA comme L’Insurgé 1966-1970), L’Organisation libertaire (1968-1970) et Le Drapeau noir (1968), organe du groupe Albert Camus.

Membre de la commission préparatoire du congrès international de Carrare, il fit partie, en août 1968, de la délégation française. Au terme du congrès, le secrétariat de l’Internationale des fédérations anarchistes (IFA) fut confié à l’ORA. Il en fut élu secrétaire adjoint, Guy Malouvier étant le secrétaire. La commission de relations de l’IFA (Crifa), à laquelle appartenaient également Richard Pérez (trésorier), Robert Guillaume, Solange Nuñez et Jean Roy publia 10 numéros du Bulletin de la Crifa (1968-1971).

En octobre 1969 Michel Cavallier et Guy Malouvier recontèrent Georges Fontenis à Lyon, en vue d’un rapprochement entre l’ORA et le Mouvement communiste libertaire (MCL). Le 21 avril 1970, avec sa compagne Francelyne Casellas, Guy Malouvier, Jean-Luc Brimeur et Pierre Comte, il représenta l’ORA lors d’une nouvelle rencontre. Le processus de rapprochement avec le MCL échoua.

Lors de la rencontre nationale tenue les 29-30 mars 1970 au local de la CNT espagnole, rue Sainte-Marthe, et à laquelle participèrent 42 délégués représentant 14 groupes, Michel Cavallier élu au collectif national provisoire de l’ORA, avec Maurice Fayolle, Pierre Comte, Jean Luc Redlinski, Guy Malouvier, Solange Nuñez et Patrice Duquesne. Il fut chargé des relations extérieures et fut membre du comité de rédaction du journal L’Insurgé aux côtés de Ramon Finster, Robert Guillaume et Jean-Luc Brimeur.

Lors du pré-congrès tenu par l’ORA à Alès (Gard) les 1er et 2 août 1970, il fut le rapporteur du texte « Mouvement ouvrier et justification historique de l’ORA ».

En 1971 il participa, avec Ramon Finster, J.-P. Sauvage et Rolf Dupuy à l’édition de Chiens de garde (n°1, octobre 1971 et un autre numéro non retrouvé) journal libertaire des travailleurs sociaux éducatifs.

En 1972, alors que l’ORA tentait de théoriser une nouvelle approche du communisme libertaire, Michel Cavallier et une partie du groupe de Paris 14e scissionnèrent, abandonnant toutes références à l’anarchisme, et rejoignirent l’Union des communistes de France (UCF) un groupe marxiste léniniste dirigé par Alain Badiou.

Michel Cavallier travailla ensuite pour l’ANPE et adhéra à la fin des années 1970 au Parti socialiste, puis au Parti radical de gauche dans les Pyrénées-Orientales.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155257, notice CAVALLIER Michel [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 17 avril 2014, dernière modification le 24 avril 2014.

Par Rolf Dupuy

Michel Cavallier (1968)
Michel Cavallier (1968)
Coll. Guy Malouvier/Archives d’AL

SOURCES : René Bianco, Un siècle de presse…, op. cit. — Roland Biard, Histoire du mouvement anarchiste 1945-1975, Galilée, 1976. — Georges Fontenis, Changer le monde, Éd. d’Alternative libertaire, 2008. — Comptes rendus des congrès et Bulletins Intérieurs de l’ORA, fonds Roland Biard, IISH.

Version imprimable Signaler un complément