GRANIER André, Ernest [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy

Né le 22 mars 1910 à Paris (XIVe arr.) ; maçon, ouvrier monteur ; communiste puis anarchiste.

Adhérent du Parti communiste, demeurant en 1929, rue Adrien-Lesesne à Saint-Ouen, André Garnier fut l’un des 129 délégués arrêtés à l’issue de la Conférence organisée à Clichy en mars 1929 par le Parti pour ses adhérents de la région parisienne.

Devenu anarchiste, André Granier participa comme délégué au congrès de l’Union anarchiste les 12 et 13 avril 1936. De mars à septembre 1937, il fut gérant du Libertaire (27 numéros). Il remplaçait à ce poste Jean Girardin* inculpé le 22 mars 1937 avec Roger Boutefeu* de « provocation directe aux crimes et délits de conscience » : le 16 septembre, suite à un attentat contre les locaux de la Confédération générale du patronat et de l’union des industries mécaniques, Le Libertaire avait titré « Quand les anarchistes commettent des attentats, ils ne s’en prennent pas aux pierres… mais aux responsables ! », ce qui avait entraîné la saisie du journal et les poursuites.

Granier fut également gérant du numéro unique de la Società Nuova sous-titré « periodico d’azione e propaganda libertaria », publié le 26 mai 1937 à Paris par les anarchistes italiens suite à l’assassinat à Barcelone par les staliniens de Camillo Berneri* et Francesco Barbieri.
Il fut ensuite incarcéré et serait devenu catholique au cours de sa détention. André Granier fut rayé le 31 décembre 1948 des listes d’anarchistes à surveiller en région parisienne.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155204, notice GRANIER André, Ernest [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 23 avril 2014, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy

SOURCES : Arch. Nat. F7/13119, rapport du 24 mars 1929. — Arch. PPo. dossier 50, BA 1899, rapport d’octobre 1937, BA 1899 (dossier SIA) & 1900.— Note de René Bianco.— Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit.— Notes D. Dupuy. — Notes de R. Bianco. — F. Maglione, Le Libertaire, organe hebdomadaire de l’Union anarchiste, Maitrise, 1996. — L. Bettini, Bibliografia…, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément