VELA Fernando [Dictionnaire des anarchistes]

Par René Bianco, Rolf Dupuy

Né vers 1872 en Espagne ; peintre en bâtiment ; militant anarchiste et syndicaliste à Marseille (Bouches-du-Rhône) dans les années 1910-1920.

Fernando Vela, militant anarchiste, « très impulsif, aux larges épaules et mesurant 1,70m environ », trouva refuge vers octobre 1912 à Marseille (Bouches-du-Rhône) où il adhéra au Cercle international d’études sociales qui rassemblait alors des militants de toutes nationalités. Ce groupe édita en février 1914, un numéro unique d’un journal trilingue intitulé : Pro vittime politiche qui fut largement diffusé dans toute la région. Avec Auguste Carrière, il participa à la fondation du groupe anarchiste et révolutionnaire marseillais qui diffusait le journal de Sébastien Faure*, Ce qu’il faut dire.

Peintre en bâtiment, Vela se consacrait à la propagande et, dès 1922, devint responsable des groupes anarchistes espagnols de la région marseillaise. Il habitait alors rue Audimar où les groupes se réunissaient chaque dimanche. Il effectua de nombreux séjours à Barcelone où il était très lié au responsable cénétiste Salvador Ségui, participa activement à nombre de grèves locales, surtout dans les secteurs où existait une main-d’œuvre italienne et espagnole et notamment dans l’industrie de la chaussure.

Fréquentant assidument la vieille Bourse du travail, il fut avec Louis Boisson* et Julian Vallès* l’un des fondateurs de l’éphémère Confédération des travailleurs du monde de Raymond Péricat.

Bon orateur, Vela visitait régulièrement et avait organisé les colonies espagnoles de Martigues, Port de Bouc, Miramas et Salon de Provence. avant d’être expulsé de France en 1922 avec Duque.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155106, notice VELA Fernando [Dictionnaire des anarchistes] par René Bianco, Rolf Dupuy, version mise en ligne le 25 avril 2014, dernière modification le 25 avril 2014.

Par René Bianco, Rolf Dupuy

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône M6/4833. — Espoir, 21 octobre 1973 (souvenirs de M. Desmoulins). — R. Bianco, Un siècle de Presse anarchiste d’expression française, Thèse d’État, Aix-en-Provence, 1988. — Notes de D. Dupuy et R. Bianco. — M. Iñiguez , Enciclopedia..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément