PINO Angel, Joaquin [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 30 mai 1954 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ; militant de la Fédération anarchiste, conseiller de la CGT-FO, enseignant-chercheur.

Angel Pino est le frère de Ramón Pino et le fils de Jésus Pino Sech et de Joaquina Catalán Casanova, tous deux libertaires et engagés. Tout comme d’ailleurs son grand-père maternel, Angel Catalán Herrera, qui fut militant du syndicat de l’alimentation de la CNT en Espagne et à ce titre plusieurs fois secrétaire de la section des ouvriers fariniers, et plus tard membre de la CNT en exil.

Angel Pino est marié à Isabelle Rabut, sinologue et professeur des universités à l’Institut national des langues orientales (INALCO).
Ancien élève de l’École des langues orientales – il est diplômé de chinois et titulaire d’un diplôme d’études approfondies en études sur l’Extrême-Orient et l’Asie-Pacifique (INALCO, 1987 et 1989) –, il reçut également une formation en sciences économiques : diplôme d’études approfondies (université Paris-X, 1979) ; puis doctorat (université Paris-XIII, 1992), avec une thèse ayant pour titre « Des salaires et de la répartition comme indicateurs des transformations sociales en Chine populaire, 1949-1989 ». Il soutint son habilitation à diriger les recherches à l’INALCO en 1998. Il est aujourd’hui sinologue et professeur à l’université Michel-Montaigne Bordeaux-III où il occupe la chaire « Chine : société moderne et contemporaine ». Il débuta son parcours professionnel comme surveillant d’externat de 1977 à 1983 à Drancy (Seine-Saint-Denis). De 1984 à 1987, il fut engagé comme chercheur au Centre de recherche en économie indus¬trielle (CREI) de l’université Paris-XIII puis devint conseiller technique (1985-1999) à l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES).

De mai 1973 à mai 1976 il fut adhérent du groupe libertaire Louise-Michel de la Fédération anarchiste, qu’il découvrit vers la fin de 1971 et « qu’il commence à fréquenter en tant que “sympathisant” – comme alors on disait – en 1972 ». Dans ce cadre, il donna des conférences sur des sujets divers comme « Le socialisme est-il une science ? » (mars 1973), « Le syndicalisme étudiant » (janvier 1974), « La révolution russe » (février et mars 1974), « L’économie politique » (mars 1975). En 1974 et 1975, à compter du 29e Congrès de la Fédération anarchiste qui se tint en juin 1974, il devint membre du comité de lecture du Monde libertaire. Il signa certains de ses textes dans ce journal sous le pseudonyme de Joseph Bernet-Rollande (dans Iztok, il usera également des noms de plume de Shevyrev ou de Du Daxin). Depuis 1985, il est conseil auprès du secteur économique de la CGT-FO ; et, depuis 2003, membre du conseil d’adminis¬tration de l’IRES. Il fut par ailleurs le fondateur et rédacteur de Chronique de la répression en Chine, bulletin d’information (27 numéros parus entre le 24 juin 1989 et le 15 février 1990). Sans engagement organisationnel à ce jour, Angel Pino reste en lien avec le mouvement libertaire auquel il contribue de loin en loin par la plume.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155064, notice PINO Angel, Joaquin [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 23 avril 2014, dernière modification le 23 avril 2014.

Par Hugues Lenoir

ŒUVRE : Articles dans Le Monde libertaire entre 1973 et 1976 : « De la pilule pour constipé intellectuel », n° 192, juillet-août 1973. « Ni victimes ni bourreaux », n° 196, janvier 1974. « À propos de l’avortement », n° 200, avril 1974. « Toast aux étudiants révolutionnaires » (signé Joseph Bernet-Rollande), n° 206, novembre 1974. « Sur les travailleurs immigrés » (signé Joseph Bernet-Rollande, en collaboration avec Guy Bernet-Rollande), n° 208, janvier 1975 ; n° 210, mars 1975. « Multinationales et impérialisme » (signé Joseph Bernet-Rollande), in « Les Multinationales » (dossier), n° 212, mai 1975.
Autres articles dans Le Monde libertaire : « Ce que sont les amis de la démocratie en Chine et ce qu’ils veulent » (signé Joseph Bernet-Rollande), n° 330, 1er novembre 1979. « Pa Kin, autour d’une vie », hors série, n° 29, 22 décembre 2005-12 janvier 2006 (version espagnole, Tierra y Libertad, Madrid, n° 213, avril 2006 ; version grecque, Eleftheriaka Chronika, Patras, n° 2, novembre 2006). « Sur l’Union autonome des ouvriers de Pékin », n°s 1561, 1562, 1563, juin 2009.
Dans Iztok, revue libertaire sur les pays de l’Est : « Ba Jin, pour un musée de “la Révolution culturelle” », n° 17, juin 1989 (article suivi de six œuvres récentes de Ba Jin consacrées à la « Révolution culturelle », traduites du chinois et annotées). Le Déclin de la dynastie Deng, n° 18-19, juin 1990, livraison spéciale sur les événements d’avril-juin 1989 en Chine, en codirection avec Huang San.
Dans Réfractions « Ba Jin, sa première œuvre », n° 3 (« Lectures cosmopolites »), hiver 1998-1999 ; avec la traduction du premier texte de Pa Kin, « Comment fonder une société véritablement libre et égalitaire » (1921). Pa Kin, « La Chaise électrique » [Dianyi] (1932), nouvelle, traduction du chinois, introduction et notes, n° 16, mai 2006.

SOURCES : témoignage direct, mars 2009.

Version imprimable Signaler un complément