NADAUD Kléber [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy

Né le 17 septembre 1895 à Cognac (Charente), mort le 9 août 1943 à Lille. Correcteur ; militant entre les deux guerres de l’UA – UACR à Paris.

Fils d’un maréchal-ferrant et d’une culottière, Kléber Nadaud, militant de la Fédération anarchiste parisienne, fut arrêté en mai 1920 avec Henri Delecourt*, Marcel Petelot*, G. Lattes, J. Laporte et A. Doucet et inculpé « d’apologie du geste de Cottin* et de provocation de militaires à la désobéissance » pour avoir placardé l’affiche « Aux grévistes » soutenant la grève des cheminots, ce qui lui valut une peine de 4 mois de prison.

K. Nadaud, qui fut été délégué au premier congrès de l’Union anarchiste (UA) tenu à Paris les 14-15 novembre 1920, fut responsable de la rédaction du Libertaire du n° 100 (19 décembre 1920) jusqu’au n° 157 inclus (20-27 janvier 1922). Il demeurait alors 60 rue des Amandiers (20e arr.) Condamné à trois peines de treize mois de prison chacune, il fut acquitté en appel de celle qui lui avait été infligée comme secrétaire de rédaction du Libertaire ; les deux autres peines furent confondues en une seule d’un an de prison. De la prison de la Santé, il adressa une lettre au IIe congrès de l’UA qui se tenait à Lyon les 26 et 27 novembre 1921.

Il est signalé dans une liste du ministère de l’Intérieur comme ayant disparu du département de la Seine en janvier 1923. Signalement : 1m66, petites moustaches blond roux taillées, cicatrice joue droite, chapeau mou…

En 1924 il fut l’un des fondateurs avec Charles Anderson*, Lucien Haussard* et Content* du journal L’Idée Anarchiste (Paris, 13 numéros du 13 mars au 15 novembre 1924) qui précisait dans un éditorial : « Nous avons fondé une tribune où, librement, tous le points de vue, toutes les tendances de l’anarchisme, pourront s’exprimer. »

Après le congrès de Paris de l’Union anarchiste communiste révolutionnaire (UACR) qui eut lieu les 30, 31 octobre et 1er novembre 1927 — congrès de scission qui fut marqué par la création d’une nouvelle organisation synthésiste, l’Association des fédéralistes anarchistes (AFA) —, Kléber Nadaud resta à l’UACR et redevint secrétaire de rédaction du Libertaire. Après ce congrès, il fut également responsable avec Mualdès* de la fédération de l’Oise. En 1929 il fut le secrétaire du Comité d’aide à Nestor Makhno*, chargé de receuillir des fonds pour aider ce dernier, exilé en France. Lors du congrès de Toulouse de l’UACR, les 17 et 18 novembre 1931, il adressa au congrès une lettre de sympathie.

Selon Nicolas Faucier*, il aida Fernand Planche* à fonder la Conquête du pain (Boulogne-Billancourt, 45 numéros du 13 octobre 1934 au 13 décembre 1935), organe ouvert à tous les courants de l’anarchisme dont le gérant était Bidault*.

Admis au syndicat des correcteurs en 1928, Kléber Nadaud fit partie du comité syndical de 1933 à 1937 et de février à juin 1940. Pendant trois mois, il fut trésorier du syndicat.

Kléber Nadaud est décédé le 9 août 1943 à Lyon (IIIe arr.)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154946, notice NADAUD Kléber [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 16 avril 2014, dernière modification le 8 septembre 2019.

Par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy

SOURCES : Le Libertaire, n° 147 et 159. — J. Maitron, Le Mouvement anarchiste, op. cit. — Y. Blondeau, Le Syndicat des correcteurs, op. cit. — Arch. Nat. F7/13972-13973. État des anarchistes, antimilitaristes et communistes, 27 mai 1921. — AD Ardennes, 1 M 143. — R.Bianco, « Un siècle de presse anarchiste… », op. cit. — Note de Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément