DEVINCK Jean-Claude, Fernand, Michel [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 1er octobre 1947 à Paris XVe ; militant de la Fédération anarchiste ; menuisier puis comptable.

Jusqu’en 1975, il vécut au 19-21, rue Gramme, Paris XVe ; depuis 1976, il habite dans le XIe arrondissement. Son père, Raymond Devinck, né le 12 août 1921 à Meudon, 92, était employé de bureau et sa mère, Simone Bellon, née le 1er juillet 1920 à Bannost, 77, sans profession.

Jean-Claude Devinck vit en union libre depuis 1970 avec Dominique Flanquart, née le 2 mai 1953 à Montmorency (Val-d’Oise), secrétaire médicale, qui a milité au groupe Voline de la FA et au MLAC de 1976 à 1980. Ils ont deux filles : Céline, né le 6 juin 1981 à Paris XIVe ; Javotte, née le 31 janvier 1986 à Paris XIVe. Toutes deux portent le nom de Flanquart.

Il obtint son certificat d’études en juin 1961 et commença à travailler comme apprenti menuisier en septembre de la même année chez son oncle, André Messant, artisan, mais en avril 1976, alors qu’il travaillait au Faubourg Saint-Antoine, il se sectionna trois doigts avec une scie circulaire, « le truc classique pour un menuisier… », dit-il. Il s’engagea alors dans une formation de reconversion et choisit la comptabilité. Il fut embauché à l’École des Hautes Études en sciences sociales pour s’occuper de la comptabilité du restaurant administratif où il terminera sa carrière.

Son histoire militante est liée au hasard de l’histoire et des barricades. « Avant les événements de mai 68, déclare-t-il, je faisais partie de ce que l’on appelait à l’époque les blousons noirs, je suis monté au quartier Latin dès les premières barricades avec quelques potes pour casser du flic. Les discussions qui se déroulaient à toutes heures du jour et de la nuit m’on fait basculer de la révolte à la révolution. J’ai découvert à ce moment-là que j’étais anarchiste. »

En 1968, il participa donc aux longs débats qui se déroulaient au théâtre de
l’Odéon et le soir venu aux manifestations de rue. Après 68, par écœurement du tournant qu’avait pris la société, il partit « faire la route » et voyagea notamment en Turquie, en Iran, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde et au Népal.

Revenu en 1971 à Paris, il commença à militer à la Fédération anarchiste où il resta vingt ans. De 1972 à 1976, il milita au groupe Germinal de la FA puis, à partir de 1976, il fut membre du groupe Voline. De 1975 à 1976, il fut secrétaire aux relations extérieures de cette organisation. Puis, de 1976 à 1977, il fut le troisième secrétaire général de la FA après Maurice Laisant et Roland Bosdeveix (voir ces noms). Jean-Claude Devinck assista à tous les congrès de la Fédération pendant vingt ans, y compris au congrès extraordinaire de Boussy-Saint-Antoine. Congrès idéologique en 1977 où la FA adopta le principe de la lutte des classes. Il participa à la création du Monde Libertaire hebdo ainsi qu’à la création de Radio libertaire. Il organisa à Paris, le 15 juin 1975, avec Noël Leroux, les premières assises de la vasectomie en France avec d’anciens stérilisés de Bordeaux de 1936, Paul Chenard, Robert François dit Mystag, Maurice Laisant et Paul Lapeyre.

Il intervint dans de nombreux meeting, que ce soit avec les militants de la CNT comme en 1976 au Zénith après la mort de Franco ou avec Frederica Montseny à la Mutualité. De fait, il fut un militant présent et actif à toutes les actions de la FA au cours de ces vingt années.

Il entreprit des études supérieures à plus de cinquante ans. En 2001, il obtint un diplôme de l’École des Hautes Études en sciences sociales (EHESS) avec un mémoire qui obtint la même année le prix Jean-Maitron sur La Création de la médecine du travail en France (1914- 1946).

En 2003, il décrocha son DEA avec un mémoire sur La Mise place de la médecine du travail, 1939-1952. Il soutint sa thèse d’histoire à l’EHESS en 2009 sous l’intitulé Le Contrôle de la santé ouvrière : une histoire de la médecine du travail et des maladies professionnelles 1880-1980.

Toujours anarchiste, Jean-Claude Devinck n’a plus d’activité militante.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154905, notice DEVINCK Jean-Claude, Fernand, Michel [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 29 avril 2014, dernière modification le 29 avril 2014.

Par Hugues Lenoir

OEUVRE :
De nombreux articles dans Le Monde libertaire dont certains sous le pseudo du Père Peinard.
Des publications scientifiques (extrait)
“La Création de la médecine du travail en France (1914 - 1946)”. UNSA éducation 36, décembre 2002.
« La CGT et la médecine du travail 1929-1939 », Cahier de l’Institut CGT d’histoire sociale, n° 78, juin 2001.
.« Tableau "silicose" : un combat de longue haleine », Santé et travail n° 59 juillet 2007.
« Le mouvement ouvrier et les maladies professionnelles », Cahiers risques collectifs et situation de crise, n° 9, juin 2008,
« Pour une histoire par en bas de la santé au travail », Mouvement, n° 58, avril-juin 2009.
« La lutte contre les poisons industriels et l’élaboration de la loi sur les maladies professionnelles », Sciences sociales et santé, vol. 27, n° 2, juin 2009.

SOURCE : Témoignage direct, mai 2009. ;

Version imprimable Signaler un complément