SZÜCS François (Ferenc) [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né en Hongrie vers 1914, mort à Budapest le 6 avril 1979. Pacifiste et anarchiste.

François Szücs passa plusieurs années à Paris dans l’entre-deux-guerres. Il collabora activement à la Patrie Humaine de Victor Méric*. À la mort de ce dernier en octobre 1933, écrivit-il à Jeanne Humbert* en août 1975, « nous avons pris congé de Méric très vite au Père-Lachaise, et il ne nous restait plus avec René Gérin que de déménager rue Joubert », soit au siège du Barrage, malgré les désaccords qu’ils pouvaient avoir avec son rédacteur Emile Bauchet*. « La scission entre Patrie Humaine et LICP était une faute. »

Rentré à Budapest en février 1936, il perdit bien des contacts avec ses anciens camarades. Au début des années 1970, il reprit contact en particulier avec Pierre-Valentin Berthier*, qui vint lui rendre visite. Il fit un séjour à Paris en 1973 et renoua avec Jeanne Humbert et Robert Jospin* notamment. Par la suite, il fit d’autres voyages et entretint une importante correspondance.

Durant ses années en France, François Szücs avait adopté le pseudonyme de Thomas Rezigl. Son fils Tommy (probablement Tamas), né vers 1953, émigra en Suisse puis au Canada vers 1975, et modifia son nom de famille en Ryner, en hommage à Han Ryner*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154848, notice SZÜCS François (Ferenc) [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 23 mars 2014, dernière modification le 23 mars 2014.

Par Marianne Enckell

SOURCES : Fonds Eugène et Jeanne Humbert, IISG Amsterdam — Correspondance du CIRA Lausanne — Combat syndicaliste, 31 mai 1979 (nécrologie de Felix Avarez Ferreras).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément