FEUILLADE Lucien, Henri [Dictionnaire des anarchistes]

Par Thierry Bertrand, Marianne Enckell

Né le 10 avril 1913 à Courbevoie (Seine), mort le 12 juillet 2007. Employé de banque, aide-comptable, poète ; anarchiste (UA) de Paris.

Lucien Feuillade
Lucien Feuillade
Dessin de Phil Casoar.

Feuillade fut exempté du service militaire en 1936 et réformé le 15 mai 1939.

Jusqu’en octobre 1937 il habitait avec ses parents (Marius, Henri et Anne Krier) au 35, rue de Metz à Courbevoie, puis il déménagea au 70, rue Nollet à Paris.

En novembre 1938 il fut licencié pour fait de grève du Crédit Lyonnais où il était employé. Il fut alors chômeur jusqu’en octobre 1939 où il trouva un travail d’aide-comptable à l’Imprimerie Nationale.

En novembre 1937 il était membre du groupe minoritaire (avec Charles Ridel*, Charles Carpentier*, Félix Guyard* et Nicolas Lazarevitch*) de l’Union Anarchiste qui s’était formé après le congrès de l’UA du 30 octobre - 1er Novembre 1937 à Paris. Ce groupe de jeunes militants de l’UA et des JA, non satisfaits de la ligne de conduite adoptée par leurs organisations, notamment à l’égard de la question espagnole - Feuillade y défendit la position anarcho-syndicaliste comme alternative au collaborationnisme gouvernemental - avait décidé de publier un périodique afin de concurrencer Le Libertaire. La revue s’intitula Révision et Feuillade en devint le gérant ; il y écrivit également sous le nom de Luc Daurat. La revue défendit les positions des Amis de Durruti. Tirée au début à mille exemplaires, elle était mise en vente par les membres du groupe minoritaire et eut une centaine d’abonnés.

Suite à une insuffisance de fonds, et après 5 numéros, Feuillade eut l’idée de transformer ce périodique en une brochure conçue pour être lue par les anarchistes espagnols détenus dans les camps de concentration pour réfugiés. Le premier numéro, quelques feuillets polycopiés à 450 exemplaires, s’intitula Le Courrier des Camps et fut rédigé avec des anarchistes espagnols rencontrés au siège du journal Le Réveil Syndicaliste. Il portait le numéro 6 et était datée du 1er août 1939 (il s’agissait du numéro 6 de Révision). Si une centaine d’exemplaires furent envoyés aux anciens abonnés de Révision, les autres devaient être diffusés dans les camps de concentration d’Argelès, Barcares, Gurs, Saint Cyprien, Vernet d’Ariège par des militants du groupe. Mais l’arrivée de la guerre et la mobilisation générale firent que cette brochure ne fut distribuée qu’à un nombre infime d’exemplaires parmi les réfugiés espagnols.

Le Courrier des Camps critiquait la façon dont le gouvernement français hébergeait les espagnols républicains ainsi que le Service d’Évacuation des Réfugiés Espagnols (SERE), organisme dont Negrin était le directeur. En effet, le SERE refusait de verser des subventions aux anarchistes espagnols. Ce bulletin contenait également des articles de politique générale en espagnol.

Feuillade était poète – il aimait répéter que « Je ne suis pas poète, je suis un versificateur ! » – et reçut à ce titre plusieurs distinctions : en 1947 il eut le Prix Gérard de Nerval ; le Prix Jean-Paul Toulet en 1965 ; le Prix de la Sociétés des Gens de Lettres en 1983 ; le Prix Verlaine en 1984 ; le Grand Prix de la Maison de Poésie en 1995.
P.-S.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154775, notice FEUILLADE Lucien, Henri [Dictionnaire des anarchistes] par Thierry Bertrand, Marianne Enckell, version mise en ligne le 23 avril 2014, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Thierry Bertrand, Marianne Enckell

Lucien Feuillade
Lucien Feuillade
Dessin de Phil Casoar.

ŒUVRE : Tu Peux Tuer cet homme, choix et traductions avec Nicolas Lazarévitch, Gallimard, 1950 — Une Vie comme ça, Quai Voltaire, 1988. Nombreux recueils de poèmes publiés de 1948 à 1996 au moins chez plusieurs éditeurs.

SOURCES : Arch. de Fontainebleau --- Article de Agustín Guillamón dans Balance n° 36 en novembre 2011, traduction par Michel Roger --- Témoignage de Robert Vigneau — Information de sa nièce Dominique-Marie Lagarde-Feuillade.

Version imprimable Signaler un complément