Né aux Prasses-sur-Vex (Valais, Suisse) le 22 février 1849, mort à Boulogne-sur-Seine le 17 février 1903. Cuisinier, membre de la Fédération jurassienne puis socialiste proche de Benoît Malon.

Orphelin très tôt, Joseph Favre commença à travailler dans un restaurant puis devint un chef connu. Il travailla d’abord à Sion, Genève, Paris, Londres, Hambourg, etc., puis s’engagea dans l’armée de Garibaldi.
En 1872, il résidait à Martigny (Valais, Suisse) où il fonda en novembre une section de la Fédération jurassienne. Le 3 avril 1873, il comparut devant le tribunal de Martigny-Bourg comme perturbateur de l’ordre et de la paix publique.
Jusqu’en 1879 il exerça comme cuisinier en Suisse : à Lausanne, Clarens, Fribourg, Lugano, Bâle, Bex.
En 1874, il faisait partie de la section de Vevey affiliée à la Fédération jurassienne, avec Elisée Reclus, Samuel Rossier, Charles Perron ; James Guillaume le qualifiait de « cuisinier français un peu toqué ». Il résidait à Clarens, où il était chef de cuisine à la pension Ketterer. Il fut aussi, en 1875, secrétaire de l’Union ouvrière de Vevey.
Etabli au Tessin depuis 1875, il travaillait à l’Hôtel du Parc. Il y fit fit la connaissance de Bakounine ; c’est alors qu’il créa le « Pouding Salvator » lors d’un dîner avec Bakounine, Errico Malatesta, Reclus, Jules Guesde, Arthur Arnould et Benoît Malon : « les six ou sept doctrinaires, abstèmes, créophages, végétariens et gastrosophes, se trouvèrent d’accord pour reconnaître l’exquisité du pouding », écrit-il dans son Dictionnaire. Peu après, avec Ludovico Nabruzzi et Tito Zanardelli, il fonda le journal L’Agitatore (5 numéros en 1875), sur des positions proches de celles de Benoît Malon, puis L’Almanacco del proletario pel 1876 (contre l’action anarchiste insurrectionnaliste). Par la suite il fut membre de la section du Ceresio, qui rompit avec la Fédération jurassienne. Avec Benoît Malon, il adressa une lettre au meeting de Lausanne du 18 mars 1876 (BFJ, 30 avril et 7 mai 1876). En juin de la même année, il fut l’éditeur de l’Histoire critique de l’économie politique de Malon.
En 1879-1880 il était à Bâle et correspondait avec Johann Philipp Becker.
De retour en France, devenu une célébrité, il publia en 1895 le monumental Dictionnaire universel de cuisine et d’hygiène alimentaire, réédité en 1978 puis en 2010 (mais sans les commentaires de l’auteur) sous le titre Dictionnaire universel de cuisine pratique.

SOURCES : Chantier biographique des anarchistes en Suisse (avec la recette du Pouding). — Bulletin de la Fédération jurassienne, 1872-1877 — Guillaume, L’Internationale — Freymond, La Première internationale, t. IV, Genève, 1971 — Maurizio Binaghi, Addio, Lugano bella, Locarno 2002. — Pierre Carlo Masini, La federazione italiana dell’Associazione Internazionale dei Lavoratori : Atti ufficiali 1871-1880, Milan, 1963. — IISG Amsterdam, Johann Philipp Becker Papers.

Gianpiero Bottinelli, Marianne Enckell

Version imprimable de cet article Version imprimable