DAVID-NEEL Alexandra [DAVID Louise, Eugénie, Alexandrine, Marie, épouse NEEL, pseudonyme Alexandra MYRIAL] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Née le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé (Seine), morte le 8 septembre 1969 à Digne (Basses-Alpes) ; orientaliste, chanteuse d’opéra, journaliste et écrivaine, de nationalité française et belge.

Établie à Bruxelles avec sa famille depuis 1874, Alexandra David fit la connaissance d’Élisée Reclus lorsqu’il s’y établit à son tour ; son père l’avait peut-être rencontré pendant la Commune de Paris. La jeune fille fit des études de chant et de philosophie orientaliste ; elle adhéra à la Société théosophique lors d’un séjour à Londres, puis à la franc-maçonnerie. Elle fut très liée avec Jean Hautstont, frère de Charles Hautstont, qui fréquentait aussi le cercle autour d’Elisée Reclus. Ils composèrent un opéra, elle pour le texte, lui pour la musique.

En 1898, sous le nom d’Alexandra Myrial, elle publia le petit livre Pour la vie, que préfaça Élisée Reclus : « Ceci est un livre fier, écrit par une femme plus fière encore. » L’ouvrage commence clairement : « L’obéissance, c’est la mort. » En 1902, elle écrivit un roman, Le Grand Art, journal d’une actrice, inspiré de sa propre vie ; il n’a été publié qu’en 2018, selon une copie effectuée par Ernest Girault et corrigée de la main de l’auteur. Entre 1907 et 1909, elle donna aussi plusieurs articles à la revue La Société Nouvelle (Bruxelles) sur le mariage et le féminisme. Mais cela n’en fit pas une militante du mouvement anarchiste.

À cette époque, elle vivait en Tunisie et poursuivait ses travaux d’orientalisme. En 1911, elle partit pour l’Asie où elle resta jusqu’en 1925. Sa longue vie fut dès lors entièrement consacrée à la tibétologie et aux études orientales.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154760, notice DAVID-NEEL Alexandra [DAVID Louise, Eugénie, Alexandrine, Marie, épouse NEEL, pseudonyme Alexandra MYRIAL] [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 8 mars 2014, dernière modification le 3 mai 2019.

Par Marianne Enckell

ŒUVRE : Pour la Vie, et autres textes libertaires inédits, 1895-1907, Paris, Les Nuits Rouges. — Le féminisme rationnel, Paris, Les Nuits Rouges. — Le Grand Art, roman, éd. du Tripode, 2018.

SOURCES : Caroline Granier, Les Briseurs de formules : les écrivains anarchistes à la fin du XIXe siècle, Cœuvres, Ressouvenances, 2008. — Site internet : http://www.alexandra-david-neel.org/

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément