Né le 5 mars 1943 à Nabeul (Tunisie) ; enseignant, journaliste, réalisateur de télévision, cinéaste ; anarchiste, militant de l’Union pacifiste de France (UPF).

Bernard Baissat en Sicile
Bernard Baissat est le fils de Girard Mauricette (1919) qui était institutrice spécialisée dans l’enfance handicapée et de Baissat Louis (1917-2000) qui était journaliste à l’ORTF. Tous deux étaient de sensibilité de gauche, sa mère proche du PC et son père membre du parti socialiste et franc-maçon. Bernard Baissat a vécu dans de nombreuses villes : Manosque, Niamey (Niger), Beyrouth et Paris… Il est marié avec Nicole Baissat, enseignante et syndicaliste, militante du SNES.
Après une double licence d’enseignement de lettres modernes et d’Italien, il obtient un diplôme d’études supérieures d’italien en 1965 à l’université d’Aix-en-Provence ce qui le conduira à enseigner l’italien jusqu’en 1966 au lycée de Draguignan (83). En 1967, il est embauché comme journaliste stagiaire à l’ORTF et nommé en 1968 assistant réalisateur de télévision à Paris. Il est ensuite réalisateur de télévision (Niger, Côte d’Ivoire, Liban) de 1968 à 1976 puis à TF1, France 3, INA, RFO de 1976 à 2006 à son départ en retraite.
Le parcours militant de Bernard Baissat est pour une part lié à des rencontres marquantes comme celle de Jean Giono, Jean Maitron, May Picqueray, Jeanne Humbert, Robert et Mireille Jospin, Stéphane Hessel, René Dumont…
En1961-1962, il prit position et manifesta contre la guerre d’Algérie avec les syndicats étudiants et contre l’installation des missiles à tête nucléaire sur le Plateau d’Albion (Alpes-de-Hautes-Provence)) avec René Char et Raymond Jean. En 1967, il a adhéré à la CGT spectacle en entrant à la télévision. Il a participé en mai 1968 à la grève de la radio et de la télévision publiques ainsi qu’aux occupations et aux manifestations. Après les Accords de Grenelle, il a quitté la CGT en désaccord avec les pressions du syndicat pour la reprise du travail.
Entre 1968 et 1970, suite à son refus du service militaire, il a effectué un service civil au Ministère de la Coopération, comme coopérant technique en Afrique. Ministère qu’il a quitté en 1974 car il ne supportait « plus le rôle néo-colonial qu’il était obligé de jouer en Afrique francophone ». En 1976, il s’engage dans des associations de défense des immigrés et conçoit, avec d’autres réalisateurs d’origine étrangère, l’émission MOSAÏQUE ( France 3) à destination des populations immigrées. Certains reportages seront censurés.
En 1978, il a commencé l’auto-production de plusieurs films-portraits de militants pour le cinéma et les télévisions suisse et belge comme Ecoutez Jeanne Humbert (1981), Ecoutez May Picqueray (1993), André Bösiger (1993)…
En 1984, il a participé à Venise aux rencontres internationales anarchistes et en 1994 à Paris à l’exposition Visages du mouvement ouvrier. A l’occasion de la projection de ses films dans des ciné-clubs, des festivals ou des rencontres militantes, il a organisé régulièrement des débats sur des thèmes anarchistes. Bernard Baissat adhère au parti des Verts en 1997 quand Dominique Voynet est nommée ministre de l’environnement du gouvernement Jospin, sous l’influence de René Dumont. Verts qu’il quitte en 1999 quand le parti et surtout Daniel Cohn-Bendit soutiennent les actions militaires de l’OTAN au Kosovo. Il s’est associé aux manifestations des Intermittents du spectacle (2003-2004) et il a été nommé vice-président de Greenpeace France (2005-2008). En 2009, il est entré au Conseil d’Administration de l’Union Pacifiste de France. Depuis 1985, il a participé sur Radio libertaire à l’émission de l’UP Si vis pacem et il a écrit quelques articles dans le Réfractaire et l’Union Pacifiste. Il se définit volontiers, comme un citoyen du monde.

ŒUVREs militantes :
- 1978, ECOUTEZ CLAUDOT, 16mm, 52 mn., avec Jean Maitron (Prix qualité CNC)
- 1981, ECOUTEZ JEANNE HUMBERT, 16 mm., 57 min., ( TV Suisse Romande)
- 1981, ECOUTEZ BIZEAU , 16 mm, 47 min., ( Prix qualité CNC)
- 1982, LA BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS, 16mm, 80 min., avec Jean Maitron ( Affaires Etrangères)
- 1983, ECOUTEZ MAY PICQUERAY , 16 mm, 70 min.,( TV Suisse Romande, Planète)
- 1984, ECOUTEZ MARCEL BODY, vidéo, 55 min.
- 1987, AUX 4 COIN COINS DU CANARD ENCHAINE, 16mm,170 min(FR3,RTBF,TVSuisse, Planète)
- 1989, MOUNA , vidéo, 86 min., (Cinéma Saint André des Arts, Planète)
- 1990, ROBERT JOSPIN, vidéo, 78 min.
- 1992, RENE DUMONT, vidéo 125 min., (FR3, RTBF)
- 1993, ANDRE BÖSIGER, vidéo 57 min., (TV Suisse)
- 1993, VISAGES DU MOUVEMENT OUVRIER, vidéo 50 min. avec Claude Pennetier (CNRS, Sorbonne)
- 1994, EXPOSITION DU MOUVEMENT OUVRIER, vidéo 57 min., avec Claude Pennetier (CNRS)
- 1993, MOISAN, vidéo 13 min.
- 1999, ECOUTEZ SERGE UTGÉ-ROYO, vidéo, 58 min., (TV câble)
- 2000, MIREILLE JOSPIN-DANDIEU, vidéo, 70 min., (TV5 monde)
- 2001, ROBERT BOTHEREAU, vidéo, 40 min.
- 2002 - PASSE-PRESENT, 50 émissions d’histoire sociale sur Canalweb avec Claude Pennetier.
- 2003, COMPANERO JORGE MAC-GINTY, vidéo, 74 min.
- 2004, ILS REVIENNENT A L’AUTOMNE... TUNIS 2001, vidéo, 72 min.
- 2005, JEAN-BAPTISTE ANDRÉ GODIN, l’homme qui réalisa son utopie, vidéo, 58 min., (TV câble).
- 2007-2009 : DVD d’entretiens de militants anti-colonialistes sur l’histoire de la Nouvelle Calédonie ( Jean Chesneaux, Jean Freyss, Jean-Jacques de Félice...)

SOURCE : témoignage direct, décembre 2009.

Hugues Lenoir

Version imprimable de cet article Version imprimable