Né vers 1907, mort en été 1980 ; ouvrier métallurgiste ; anarcho-syndicaliste.

Lors du congrès de la 2e union régionale (Paris) de la CNTF, tenu le 12 octobre 1952, Georges Yvernel, qui demeurait 16 rue du Commerce à Paris 15e, fut élu trésorier du bureau de l’UR tandis que Lola Roussel était nommée secrétaire. Il était également, depuis 1949, le trésorier du syndicat industriel des métaux aux côtés de Ottie (secrétaire) et Brière (secrétaire adjoint). L’année suivante, au congrès tenu le 29 novembre 1953, il fut reconduit au bureau de l’UR avec entre autres René Bonneau, Charles Martin, E. Akoun et Malfatti.
Les 19-23 juillet 1953 il fut l’un des huit délégués de la CNTF au 8e Congrès de l’AIT à Puteaux (Seine, aujourd’hui Hauts-de-Seine). En 1956 il était toujours le trésorier de la 2e Union régionale de la CNTF, mais il fut exclu de l’organisation en 1957, suite à la création de l’Union des Syndicalistes (voir Aimé Capelle)
Georges Yvernel fut le directeur de nombreux organes du mouvement libertaire dont CILO (Paris, 1958), Confrontación (Paris, 1978, bulletin intérieur des Agrupaciones confederales), Solidarité ouvrière (1972-1977, organe de l’ASRAS), Interrogations (1974-1977), Lutter (Orléans, 1977-1980, organe de l’OCA).
De 1962 à 1965, il avait repris avec Raymond Guilloré la rédaction et l’administration du bulletin de la CILO pendant le séjour en Amérique latine de Louis Mercier. Il habitait alors 32, passage du Désir, Paris 10e.

SOURCES : Combat syndicaliste, années 1952 & 1953 — La Révolution prolétarienne, août-septembre 1980 – Archives Louis Mercier (CIRA Lausanne).

Rolf Dupuy, Marianne Enckell

Version imprimable de cet article Version imprimable