ROUX Joseph, Melchior [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Né le 31 août 1867 à Paris 4e, mort le 29 novembre 1955 à Vélizy-Villacoublay (Seine-et-Oise) ; ouvrier polisseur ; marchand de vin ; marchand de lingerie .

Melchior Roux – c’est ainsi que les journalistes le nommeront quand il fera parler de lui – était né d’une mère Allemande (Barbe Gier) et d’un père français (également nommé Joseph Melchior Roux).

Selon le témoignage de sa fille, il commença à travailler à l’âge de 6 ans environ, et aurait appris à lire, écrire et compter auprès d’anciens adhérents de la Première Internationale. Il était totalement bilingue français-allemand.

Il fut appelé sous les drapeaux en 1887, au « Bat’ d’Af’ », sans doute en raison d’une condamnation pour « coups et blessures volontaires » en 1883. Il effectua son service au 5e bataillon d’infanterie légère d’Afrique, en Algérie, et fut réformé le 6 août 1890.

Le 27 juillet 1895, il épousa Maria Anna Gaudin à Paris 11e.

Ayant quitté Paris pour Corbeil (Seine-et-Oise) en 1898, Melchior Roux travailla comme ouvrier polisseur à l’usine Decauville, où il ne tarda pas à déclencher une grève.

Il ouvrit ensuite au Coudray-Montceaux, à 6 kilomètres de Corbeil, une échoppe de marchand de vin qui devint le rendez-vous habituel des anarchistes des environs.

Trois ans plus tard, il revint à Corbeil, où il ouvrit avec sa femme, également anarchiste, un magasin de lingerie, au 34, rue des Petites-Bondes.

Il continuait alors à organiser des réunions révolutionnaires, soutint la grève de l’imprimerie Crété en 1906, puis celle de la Papeterie d’Essonne en 1907. Le Matin rapporte qu’on le vit « à maintes reprises, le drapeau rouge à la main, conduire les grévistes ».

Georges Roussel* et Sébastien Faure* étaient généralement hébergés chez lui quand ils venaient prendre la parole à Corbeil.

Le 9 avril 1908, il fut arrêté par la police à la gare de Maisons-Alfort avec François Kuhn* et Georges Roussel*, en possession de dix cartouches de dynamite, trois mètres de cordon Bickford et six détonateurs. La presse du 18 avril annonça que Roussel et Kuhn avaient été relâchés, mais pas Roux.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154687, notice ROUX Joseph, Melchior [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 1er mai 2014, dernière modification le 12 février 2019.

Par Guillaume Davranche

SOURCES : Vivien Bouhey, Les Anarchistes contre la république, PUR, 2008 —La Lanterne du 13 avril 1908 — Le Matin des 10 et 11 avril 1908 —La Gazette de Lausanne des 11, 12 et 18 avril 1908 — notes transmises par Jean Delanoë.

Version imprimable Signaler un complément