THIERRY Léon, Justin [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, complété par Guillaume Davranche et Dominique Petit

Né à Flavigny-le-Grand (Aisne) le 18 février 1853 ; tisseur, libraire puis représentant en horlogerie ; socialiste, puis anarchiste.

Léon Thierry (parfois orthographié Thiéry) fut un des fondateurs du socialisme rémois. Secrétaire de la chambre syndicale de l’industrie lainière, il prit part aux travaux du IIe congrès national ouvrier qui s’ouvrit à Lyon le 28 janvier 1878. S’il se déclara partisan de la femme au foyer, il s’affirma révolutionnaire sur d’autres points : « Quand tout ce que la terre produit sera possédé collectivement par tous, je crois que là seulement les travailleurs seront heureux. »

En 1879, il milita au Parti ouvrier et fut chargé de la gestion d’une coopérative qui fonctionna à partir de novembre 1879. Il fut délégué de la chambre syndicale des Travailleurs réunis de Reims au congrès du Havre qui s’ouvrit le 14 novembre 1880. Thierry siégea parmi les collectivistes.

Il dirigea la Librairie du citoyen, 7 rue des Moulins, à Reims, où il vendait brochures et journaux socialistes. En octobre 1881, accusé d’indélicatesse financière quand il était gérant de la coopérative, il se retira du groupe socialiste La Défense des travailleurs et s’orienta vers l’anarchisme. Il entra alors en rapports avec Émile Gautier* lors de sa venue à Reims en 1881 ainsi qu’avec des groupes anarchistes de Lyon, de Roubaix et de Saint-Étienne.

En juillet 1881, il mandata Louis Bouisson* pour représenter le groupe anarchiste de Reims au congrès international de Londres (voir Gustave Brocher). Il figurait également parmi les correspondants du Révolté de Jean Grave*.

Ce serait lui qui aurait affiché dans les rues de Reims le placard « Mort aux voleurs » reproduit dans le numéro spécial du 27 août 1882 de L’Étendard révolutionnaire.

À la suite de mauvaises affaires, Léon Thierry dut fermer sa librairie aux environs du 24 juin 1882. Il devint alors représentant en horlogerie et bijouterie, ce qui lui assura un revenu plus confortable. Il était alors toujours membre du groupe anarchiste de Reims, nommé La Sentinelle révolutionnaire.

À partir de novembre 1882, Thierry fut surveillé quasi quotidiennement par la police qui observait toutes ses allées et venues et ses relations, en particulier avec l’anarchiste Ernest Merlin*.

En mars 1883, il fut arrêté pour avoir reçu à Reims un paquet de brochures antimilitaristes intitulées À l’Armée, expédiées de Paris par Émile Pouget. Laissé en liberté provisoire, il s’enfuit pour échapper à la justice. Au terme du procès qui se tint les 21, 22 et 23 juin 1883 à Paris (voir Mareuil), il fut condamné à deux ans de prison par contumace.

Par la suite, il déclara ne plus vouloir faire de politique en raison des épreuves qu’il avait subies. Toutefois il resta en rapports avec ses anciens camarades.

Thierry était marié, sa femme née Mensuelle était la sœur d’un libraire de Reims. Il avait un enfant en 1883. Il était parfois nommé Thierry dans certains journaux. Un Thierry fut délégué au congrès du POF à Romilly, en 1895. Il ne semble pas qu’il y ait identité.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154529, notice THIERRY Léon, Justin [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, complété par Guillaume Davranche et Dominique Petit, version mise en ligne le 30 avril 2014, dernière modification le 30 avril 2014.

Par Jean Maitron, complété par Guillaume Davranche et Dominique Petit

SOURCES : État civil de Flavigny-le-Grand — AD de la Marne, série M et notamment 30 M 39, 30 M 71 et 72 — Compte rendu du IIe congrès ouvrier, Lyon, 1878 — Le Temps du 29 octobre 1882 — Le Temps et Le Petit Parisien, 22, 23 et 24 juin 1883 — Charles Chincholle, Les Survivants de la Commune, L. Boulanger éditeur, 1885 — Jean Maitron, Histoire du Mouvement anarchiste en France tome I, Gallimard, 1975 — René Bianco, Cent ans de presse…, op. cit. — Vivien Bouhey, « Les Anarchistes contre la république 1880-1914 », thèse d’histoire, université Paris-X, 2006.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément