Né le 16 novembre 1884 à Vouvry (Valais, Suisse), décédé le 13 janvier 1950 à Monthey (Valais) ; syndicaliste, anarchiste.

La famille Pignat portait dans le village le sobriquet de Pategnon, vieux mot patois désignant un papetier. Après un apprentissage à la verrerie, Clovis Pignat (lui-même surnommé "Tschombine") fut ouvrier dans divers métiers du bâtiment. Militant de la Fédération des Unions ouvrières de la Suisse romande (FUOSR), il collabora à la Voix du Peuple de Lausanne et au Réveil anarchiste de Genève. Objecteur de conscience, il fut emprisonné trois mois et 19 jours en 1906. En 1907, grâce à sa propagande, les groupes anarchistes étaient nombreux dans le canton du Valais.
Inscrit sur les listes noires, il devint montreur de marionnettes en Italie. De retour en Valais, il fut l’orateur du Premier Mai en 1913 et 1914 ; en 1916, il retourna en prison pour antimilitarisme.
De 1914 à 1919, Pignat fonda et dirigea à Vouvry Le Falot/Il Fanale, journal bilingue qui s’opposait à la constitution d’un parti socialiste valaisan et défendait la seule voie syndicale. Mais vers la fin de sa publication, le journal se résigna à la voie électorale et les anarchistes cessèrent d’y collaborer.
En avril 1922, Pignat fut condamné à une amende pour "incitation à l’émeute et au pillage". Il avait en effet écrit dans l’Action ouvrière du 3 décembre 1921 : "Le bon moyen, c’est celui employé par les sans-travail et les miséreux de Berlin. Les journaux nous rapportent qu’ils se livrent journellement à des pillages de magasins de denrées et de stocks de marchandises. C’est l’appropriation collective, c’est la reprise par les travailleurs de ce qui est sorti de leurs mains... Travailleurs, vous avez produit... Reprenez ce qui vous appartient."
De 1921 à 1946, il fut secrétaire suisse romand de la Fédération des ouvriers du bois et du bâtiment (FOBB) et rédacteur de son journal l’Action ouvrière qui devint L’Ouvrier du bois et du bâtiment en 1922. Il restait partisan de l’indépendance syndicale, en conflit avec les communistes. Il fut l’organisateur de plusieurs grandes grèves (entre autres à Genève en 1928, à Sion en 1931, au barrage de la Dixence (Valais) en 1935), lancées souvent sans l’appui du Comité central de la FOBB. En 1926, il fut condamné par le tribunal d’Aigle (Vaud) à dix jours de prison et 200 francs d’amende pour avoir insulté le préfet du district.
Fidèle abonné au Réveil de Bertoni*, Pignat était présent lors de la fête organisée pour les 70 ans de Louis Bertoni, en 1942. Il avait toutefois été candidat aux élections communales sur les listes du Parti ouvrier socialiste à Lausanne en novembre 1933. Il écrivait aussi dans le quotidien socialiste Le Peuple valaisan sous le pseudonyme de Pierre des Marmettes.

SOURCES : Chantier biographique des anarchistes en Suisse — Dictionnaire historique de la Suisse — Lucien Tronchet, Clovis Pignat, qui est-ce ?, Genève 1971 — Alain Clavien, « Les origines du PS valaisan », in Les origines du socialisme en Suisse romande, Lausanne, AEHMO 1989, pp 189-212. — Vouvry Info 15, décembre 2006.

Marianne Enckell

Version imprimable de cet article Version imprimable