LOMBARD Jean [Napoléon, Jean, Antoine] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Né à Lyon le 9 novembre 1865 ; clerc de notaire ; anarchiste.

Militant à Paris, Jean Lombard fréquenta le Cercle anarchiste international qui, fondé en 1888, était le plus important lieu de rencontre et d’échanges entre militants à l’époque (voir Alexandre Tennevin).

À l’époque des attentats anarchistes de 1892-1894 il habitait au 4, rue Ferrachat, à Lyon. Il militait alors avec Raoul Chambon* et son ami d’enfance Joseph Molmeret*. Il fut arrêté par la police avec Chambon. Il se réfugia ensuite en Grande-Bretagne et fut condamné par contumace par les assises du Rhône.

À Londres, Lombard travailla comme ouvrier peintre et habita au 16, Church Street. Il entretint une correspondance suivie avec Chambon et Molmeret, ce qui devait conduire ces deux derniers à comparaître dans le cadre du « procès des trente » (voir Élisée Bastard).

En février 1895, Lombard habitait Stephens Street et la police le soupçonnait de fabriquer de la fausse monnaie avec Corti et Brothier*. En 1896, il habitait au 24 Charlotte Street. En 1897, il fut condamné à 6 ou 8 mois pour vol.

En 1906, il était toujours à Londres, comme l’atteste sa fiche de matricule militaire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154470, notice LOMBARD Jean [Napoléon, Jean, Antoine] [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 1er mai 2014, dernière modification le 1er mai 2014.

Par Guillaume Davranche

SOURCES : Le Journal des débats du 15 juillet 1894 et du 7 au 13 août 1894 — Vivien Bouhey, « Les Anarchistes contre la République, 1880-1914 », thèse soutenue à l’université Paris-X en 2006 — Constance Bantman, « Anarchismes et anarchistes en France et en Grande-Bretagne, 1880-1914 », thèse soutenue à l’université Paris-XIII, 2007 — A.D.Rhône 1RP870 — note de Laurent Gallet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément