GIRARD Maurice, Ernest [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Né le 22 juin 1880 à Saint-Brisson (Loiret) ; chauffeur à Paris ; anarchiste ; protagoniste de « l’affaire Girard-Jacquart » en 1908-1909.

Maurice Girard (1908)
Maurice Girard (1908)

En 1907, Maurice Girard était chauffeur et syndiqué CGT. En mai 1907, selon la police, il aurait cosigné l’affiche Aux soldats (voir Mouchebœuf) mais n’aurait pas été poursuivi.

Le 15 juillet 1908, une bagarre éclata dans le restaurant coopératif au 33, rue Guersant (Paris 17e arr.), qui avait affiché en vitrine un drapeau tricolore porteur d’inscriptions antimilitaristes. La police accusa Maurice Girard, qui n’était pas sur les lieux, mais dont la voiture immatriculée 279 U-3 était garée devant le restaurant. Et pour cause : son frère Alexandre Girard*, à qui il avait prêté la voiture, déjeunait ce jour-là au restaurant coopératif.

Inculpé avec un autre ouvrier chauffeur, Albert Jacquart, Maurice Girard fut condamné à deux ans de prison pour coups et blessures à un commissaire. Il eut pour avocat Me Jacques Bonzon et fut défendu par le CDS, René de Marmande, la Ligue des droits de l’homme et Anatole France.

Le 20 janvier 1909, le CDS organisa, avec le concours du syndicat des cochers et chauffeurs, la toute première manifestation en automobile que la France ait connu. Vingt-cinq automobiles défilèrent du quai des Tuileries à la place de la République en passant par la Concorde, la Madeleine et l’Opéra. Les manifestants exhibaient des pancartes « Affaire Girard-Jacquart – une infamie judiciaire – Deux innocents condamnés » et jetaient des paquets de tracts à la volée.

Les deux ouvriers furent remis en liberté suite à l’audience du 3 février où les accusations mensongères de la police furent dévoilées.

Le 24 mars 1910, Maurice Girard fut parmi les seize signataires de l’affiche À bas Biribi imprimée par le CDS pour réclamer justice dans l’affaire Aernoult-Rousset (voir Albert Dureau). Tous comparurent aux assises le 4 juillet et furent acquittés. Maurice Girard habitait alors au 6, impasse Gravel, à Levallois-Perret, à la même adresse que son frère Alexandre, Albert Jacquart et Émile Dulac*.

Au printemps 1910, il fut membre du Comité révolutionnaire antiparlementaire (voir Grandjouan) et participa à sa campagne.

En 1911, il était membre de la FRC.

Inscrit au carnet B, il fut mobilisé en 1914.

Il était, en 1921, membre de la Fédération anarchiste et du CDS. Il demeurait alors 53, rue d’Alleray à Paris 15e.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154441, notice GIRARD Maurice, Ernest [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 22 avril 2014, dernière modification le 9 janvier 2019.

Par Guillaume Davranche

Maurice Girard (1908)
Maurice Girard (1908)

SOURCES : Arch. Nat. F7/13972-13973, état des anarchistes, antimilitaristes et communistes, 27 mai 1921 — L’Humanité du 9 février 1910 — Le Matin du 21 janvier 1909 — René de Marmande, L’Intrigue florentine, La Sirène, 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément