GALLAND Alfred [dit Frédo] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né dans le Limousin, s’est suicidé dans les années 1920. Ouvrier du bâtiment, collaborateur de La Ruche, insoumis pendant la première guerre mondiale et membre de la Confédération des Travailleurs du monde (CTM).

Militant d’origine limousine, Alfred Galland dit Frédo était avant la première guerre mondiale membre du syndicat du bâtiment de Paris. Pendant une année il vécut à La Ruche de Sébastien Faure, où, selon le témoignage de Martial Desmoulins « fin braconnier, il alimenta en faisans et autres volatiles de la forêt de Rambouillet, la table des enfants et des copains de la Ruche ».

Au début de la guerre il fut insoumis et se réfugia en Italie. A la déclaration de la guerre entre l’Italie et l’Autriche, il tenta de passer en Suisse à pied et fut retrouvé à moitié gelé dans la montagne. Il fut par la suite incorporé au 63e régiment d’infanterie de Limoges.

A la fin de la guerre il était à Marseille où en décembre 1920 il fut nommé trésorier adjoint du bureau provisoire de la Confédération des Travaileurs du Monde (CTM), une première scission de la CGT regroupant les syndicalistes révolutionnaires. Les autres membres du bureau étaient Raymond Péricat (secrétaire général), Mortimer Louy (secrétaire administratif), Boisson (secrétaire à la propagande) et Groubier (trésorier).

Alfred Galland mourut quelques années plus tard à Marseille d’une façon dramatique racontée par M. Desmoulins : « Comme il avait eu les pieds gelés, la gangrène s’y mettant, à l’hôpital de la Conception, la veille où on devait lui couper les deux jambes, après s’être ouvert les veines, il se pendra avec ses bretelles à l’espagnolette de la fenêtre de sa chambre, dernier soubresaut de révolte du vieil anar, jetant avec mépris son suicide à la face de la société, cause de son malheur ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154437, notice GALLAND Alfred [dit Frédo] [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 1er mai 2014, dernière modification le 1er mai 2014.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Bulletin du CIRA, Marseille, n°19/20, 1983 « Souvenirs par Martial Desmoulins ».

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément