AKOUN Élie (ou Émile) [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Employé, militant de la CNTF à Boulogne-Billancourt.

Militant du syndicat des employés de la Confédération Nationale du Travail (CNT), Elie Akoun fut à partir du 15 mai 1953 le directeur de son organe national Le Combat Syndicaliste. Au congrès de la 2e Union régionale (région parisienne) le 29 novembre 1953, il fut élu à la Commission administrative de la région comme secrétaire adjoint. Le secrétaire était Martin et le trésorier Yvernel*.

Espérantiste, Akoun donnait également des cours d’espéranto à Boulogne-Billancourt. Au congrès confédéral de la CNT les 5-7 juin 1954 à Marseille, il fut élu au bureau confédéral comme secrétaire à la propagande. Les autres membres du bureau étaient alors : Yves Prigent, secrétaire, André Maille*, trésorier, Armonia Muñoz, administratrice du Combat Syndicaliste et Henri Bouyé*, secrétaire aux relations internationales.

En 1956 Akoun était l’administrateur du Combat Syndicaliste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154389, notice AKOUN Élie (ou Émile) [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 21 avril 2014, dernière modification le 21 avril 2014.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Combat Syndicaliste, années 1953-1956.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément