BACHELET Paul [BACHELET Anicet, dit]

Par Yves Le Maner

Né le 6 juin 1887 à Montigny-en-Ostrevent (Nord), mort le 17 octobre 1976 à Achicourt (Pas-de-Calais) ; employé de chemin de fer ; syndicaliste et militant communiste du Nord et du Pas-de-Calais, secrétaire de la Fédération du réseau Nord des cheminots CGTU ; conseiller municipal de Smain (Nord).

Fils d’agriculteur, Paul Bachelet travailla à la ferme paternelle dès l’âge de onze ans, mais, à l’âge de dix-huit ans il quitta les champs pour l’usine. L’année suivante, il adhéra à la coopérative ouvrière « l’Avenir » de Somain (Nord) et participa à son développement (son épouse en sera la gérante). En 1910, Bachelet entra à la Compagnie des chemins de fer du Nord après la grande grève, dont l’échec s’était accompagné de nombreux licenciements. Calme, réfléchi, bon orateur, il avait toutes les qualités requises pour faire un fonctionnaire syndical : ses camarades le choisirent en 1918 comme administrateur de l’Union des syndicats de cheminots CGT du réseau Nord dont il était membre de la commission exécutive depuis 1916. En 1919, Bachelet assuma le rôle de délégué national des cheminots CGT, puis, en 1920, celui de délégué pour l’ensemble du réseau de la compagnie du Nord où il avait été promu chef de train.

Il ne conserva pas longtemps ce poste, en effet, ayant été l’un des meneurs du grand mouvement de grève de 1920, il fut rétrogradé comme garde-frein et muté d’office à Achicourt, gare de triage d’Arras (Pas-de-Calais). Bachelet n’en ralentit pas son action pour autant. Élu conseiller municipal de Somain en 1919, sur la liste du Parti SFIO, il abandonna son mandat et fut le fer de lance de l’implantation du Parti communiste dans la région arrageoise en 1921, fondant plusieurs sections locales dont celles d’Achicourt et de Saint-Laurent-Blangy.

Fondateur du CSR d’Arras il parvint à faire adopter la motion Semard lors d’une réunion du syndicat des cheminots tenue le 17 juin 1921, et affilia le syndicat à la CGTU dès sa formation, assumant la fonction de secrétaire de 1922 à la réunification de 1935. En 1925-1926 il était assisté de Ernest Place secrétaire adjoint, Maurice Delobel trésorier général, Léon Berry trésorier adjoint, Georges Devisme archiviste. Le syndicat comptait alors deux cents adhérents sur un effectif de neuf cent cinquante employés.

C’est en tant que secrétaire général à la propagande de la Fédération unitaire des cheminots du réseau Nord (poste qu’il occupa de 1922 à 1926), que Bachelet signa, avec plusieurs dirigeants unitaires et confédérés, un appel à l’unité syndicale pour le réseau de la Compagnie du Nord, en 1924 – voir Charles Danglot.

Conscient de la nécessité de fortes structures à la base, il fonda, en 1927, l’Union locale unitaire d’Arras et tenta, sans grand succès, de susciter la création de cellules d’entreprises du PC. Il échoua également dans ses tentatives électorales ; municipales de 1929 à Saint-Laurent-Blangy et législatives de 1928 dans la 1re circonscription d’Arras.

Ses grandes qualités d’organisateur permirent à Paul Bachelet d’enrayer partiellement la chute des effectifs communistes du début des années 1930 ; en 1932, il faisait figure d’homme-orchestre des organisations communistes du chef-lieu du Pas-de-Calais, ainsi qu’en témoignait l’imposant cumul de ses fonctions : secrétaire de la cellule locale des Beaurains-Achicourt (environ quarante membres), secrétaire du syndicat des cheminots et de l’UL-CGTU d’Arras, membre du bureau du rayon d’Arras – voir Jean Kerckhove*. Agent actif de la constitution du Front unique chez les cheminots, il fut porté au secrétariat du syndicat réunifié d’Arras en 1935 qui regroupait 200 ex-confédérés et 300 ex-unitaires. Élu quelques semaines plus tard au poste de secrétaire de l’UL réunifiée, Bachelet fut candidat du PC aux législatives d’avril 1936.

En octobre 1937, il fut présenté par le Parti communiste comme candidat au conseil d’arrondissement dans la circonscription d’Arras-sud. Interné pendant la guerre de 1939, il fut élu maire de la commune d’Achicourt à la Libération. Remarié en 1966 avec Simone Perus, il mouut à Achicourt en octobre 1976.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15432, notice BACHELET Paul [BACHELET Anicet, dit] par Yves Le Maner, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 22 février 2016.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Nat., F7/13672, Arras, 10 juillet 1925 et 20 avril 1926, F7/13681. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 177 (avec photographie de 1928), M 182, M. 2372, M. 2387, M 5221, M. 5304 et M. 5142. — Liberté, 18 septembre 1945. — Notes de Daniel Hémery.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément