DALMAIS Claude [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 17 juillet 1852 à Genay (Rhône) ; cordonnier ; socialiste puis anarchiste.

Dalmais représenta, en juin 1881, au congrès régional ouvrier de Saint-Étienne, le syndicat local des cordonniers. Il était ami avec Jean-Baptiste Gillier et Claudine Gillier.

L’année suivante, il participa au congrès de Saint-Étienne de la Fédération du Parti des travailleurs socialistes de France (FPTSF), du 25 au 30 septembre 1882. Il fit partie de la majorité broussiste, hostile aux guesdistes qui firent leur scission lors de ce congrès. Il fut ensuite un des leaders de la FTSF stéphanoise. Au début de 1883, il était l’un des principaux animateurs, avec Feutrier, de la fédération de l’Est restée fidèle à Benoît Malon* dont il était l’ami. Cependant la section stéphanoise de la FTSF se désagrégea rapidement et Dalmais abandonna tout rôle politique durant l’été 1883.

En 1893 toutefois, il était un des piliers du groupe anarchiste de Romans (Drôme), et tenait la correspondance avec Paris, Marseille et Genève.

Il résida à Genève depuis 1898 au moins. En 1902, il y était membre d’un groupe anarchiste. Il fut expulsé de Suisse le 9 octobre 1902 suite à la grève générale (voir Bertoni), mais parvint, en 1903, à obtenir de nouveau un permis de séjour.
En 1907 il s’installa à Paris 13e, au 6, rue Simonet.

Membre de la section révolutionnaire du 13è arrondisement, il prit en octobre 1910 une part importante à la réorganisation de la Fédération révolutionnaire qui devint la Fédération Communiste Révolutionnaire, dont il était secrétaire. Le 4 juin 1911, il participa au congrès régional de la FRC au Foyer populaire de Belleville. Le 15 juin, lors d’une réunion de la section de Paris 13e, au 2, avenue d’Italie, il fit voter l’organisation d’un meeting contre l’application de la loi sur les retraites ouvrières, et contre les risques de guerre au Maroc.

Le 8 septembre, il prit la parole dans un meeting de la FRC contre la guerre à l’Alcazar d’Italie (190, avenue de Choisy, Paris 13e). 250 personnes vinrent l’écouter, ainsi que Dauthuille*, Jacquemin* et Aubin*.

Il désapprouva violemment l’aventure de la "bande à Bonnot*" et eut à ce sujet, le 15 mars 1912, une altercation avec un individualiste lors d’une réunion de la FRC.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154129, notice DALMAIS Claude [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 19 avril 2014, dernière modification le 10 décembre 2018.

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. PPo. BA/1513 et 1514 — Arch. Nat. F7/13053, 12504 et 12489 — AD Loire, 10 M80 et 93 M44 — AF E21 14002, Ministère public fédéral suisse, police politique, Liste des anarchistes [étrangers] 1889-1898 — Etat-civil — Notes de Rolf Dupuy et Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément